logo Essonne

Chercheurs d'or, l'exploration continue

Qui n’a jamais rêvé de faire fortune en un claquement de doigt : gagner au loto, hériter d’un oncle d’Amérique, trouver un lingot d’or au fond de son jardin… Chercheur d’or, la voilà la bonne idée !

Paillettes d'orL'or est un métal rare, présent uniquement à l’état de trace dans la croûte terrestre. Il se trouve notamment à l'état natif dans les alluvions fluviales, sous forme de pépites.
© Oreval

Métal rare, d'un jaune brillant, inaltérable et facile à travailler : l'or avait toutes les qualités pour séduire toutes les civilisations. Il a l'éclat de la lumière, et a toujours été considéré comme le plus précieux des métaux. Mais l'or n'est présent dans la croûte terrestre qu'à hauteur de 0,005 gramme par tonne, en moyenne. Autrement dit, à moins de tomber sur un bon filon, il faudra remuer pas moins de 4.000 tonnes de terre avant de trouver de Bactérie Ralstonia metalliduransCupriavidus metallidurans (anciennement appelé Ralstonia metallidurans), CH34. Observation par microscopie électronique à transmission. Échelle : 200 nm.
© Groupe Toxicologie humaine et environnementale, Laboratoire Pierre Süe, UMR 9956 CNRS/CEA Saclay/Centre commun de microscopie électronique d’Orsay
quoi couler un anneau de 20 grammes ! Déprimant…

À moins, peut-être, de faire travailler les autres. En l'occurrence une colonie de Ralstonia metallidurans. Ralstonia quoi !? D'après Frank Reith, de l'université nationale australienne, cette bactérie, comme le roi Midas, aurait le pouvoir de changer la poussière en or. Par quel prodige ? Ce chercheur a remarqué que ce microorganisme était présent dans 80 % des paillettes d'or qu'il a recueillies dans deux mines australiennes. Selon lui, la bactérie assimilerait les métaux lourds, dont l'or, à l'état dissous (donc invisibles à nos yeux d'humains), avant de les "recracher" sous la forme de petits grains. Ainsi, Ralstonia metallidurans jouerait un rôle de premier plan dans la formation de paillettes d'or. Cela dit, la thèse n'est pas partagée par nombre de scientifiques, qui voient plutôt dans les paillettes le résultat d'un processus chimique.

Heureusement, des alternatives à la culture bactérienne existent qui permettent par exemple de transformer du plomb en or ! Pour cela, il "suffit" d'un accélérateur de particules : une de ces installations scientifiques géantes, une sorte de grand tube en fait, au sein duquel on projette les uns contre les autres des atomes et autres grains de matière. Entre le plomb et l'or, il n'existe en effet que quelques particules de différence. Il suffit d'arracher au plomb quelques-unes de ces particules (onze nucléons, dont trois protons et huit neutrons, pour être précis), pour qu'il se métamorphose en or ! En bombardant du plomb, on peut donc espérer lui arracher ces onze nucléons de trop. Le hic est que la probabilité pour que cela arrive est très faible. Il faudrait donc que le bombardement dure des mois, voire des années, pour obtenir de l'or. Stage de chercheurs d'orEn France, de nombreuses associations proposent des stages de chercheurs d'or.
© Oreval
Sachant que le coût de fonctionnement d'un accélérateur est de quelques dizaines de milliers d'euros par heure, on comprend vite pourquoi les chercheurs ont abandonné cette voie.

Toutefois, ce qu'il y a de bien avec les scientifiques, c'est qu'ils ne perdent jamais espoir. Il y a quelques années, une équipe d'astronomes américains et allemands a découvert plusieurs milliards de milliards d'euros en valeur or, dans une vieille étoile de notre galaxie. Génial ? À condition de trouver un transporteur qui accepte de vous livrer votre or, aujourd'hui situé à 2500 années-lumière de la Terre…

Reste la bonne vieille méthode de pionniers de l'Ouest américain : trouver un coin tranquille au bord d'une rivière, et tamiser du sable. Plusieurs associations en France proposent des stages de chercheur d'or (informations sur http://orpailleur.free.fr/ ou http://pujol.chez-alice.fr/frames.html), essentiellement dans les rivières du sud de la France. Mais pour faire fortune… imaginez autre chose. Toutes ces associations préviennent : l'orpaillage est un "loisir nature", comme la pêche ou la cueillette des champignons. Le meilleur moyen de ne pas être déçu…

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel
Free download porn in high qualityRGPorn.com - Free Porn Downloads