loading

Commentaire

“Ce que je retiens de cette citation, c’est l’impossibilité de continuité. Il n’y a pas dans la mémoire de continuité. Il y a toujours des choix qui sont opérés. Comme des photographies qui captent à un moment donné un état. Par exemple, le « silence des archives » (c’est-à-dire les archives détruites, perdues, non existantes) donne une information sur ce que l’on a rayé, volontairement ou par négligence, de la mémoire individuelle ou collective. L’histoire se nourrit de la mémoire dans un va-et-vient constant entre passé et présent. Cette fonction sociale de l’histoire en fait un instrument et un enjeu de pouvoir, au même titre que la mémoire. La notion d’ « histoire officielle » révèle cette emprise éventuellement politique sur toute re-construction a priori impartiale du passé, à l’instar des débats suscités par les lois mémorielles (reconnaissance de l’utilité de la colonisation, du génocide arménien). (...) Mais d’un autre côté, il y a un antagonisme de plus en plus flagrant entre la demande citoyenne de transparence, avec une diffusion en temps réel et tous azimuts, et la nécessaire protection des droits des citoyens (vie privée). Les sources d’informations sont démultipliées, mais déconnectées de leur contexte de création, et de fait volatiles et vides de sens”.

Retour

-> banque des savoirs
Free download porn in high qualityRGPorn.com - Free Porn Downloads