loading
Une réflexion menée par 1300 habitants d'Ile-de-France
et 200 chercheurs.
1

QSEC : qu'est-ce que c'est ?
2

L'affiche de la saison Argent
3

Dossier de presse
4

Bande-annonce : l'argent fait la une
Bande-annonce : l'argent fait la une
5

Recto Verso : L'argent, passeport pour la liberté ?
» «
  • Pygmées Aka - L'argent, passeport pour la liberté ?

    Sur cette photo, des pygmées Aka, en République Centrafricaine, procèdent à un échange de viande contre du manioc. Dans certaines sociétés dites "primitives", l'usage de l'argent est marginal pour les transactions. A la place, on utilise le principe du crédit : je te donne et tu m'es redevable. Cela est possible dans la mesure où ces échanges s'opèrent entre des personnes d'une même communauté, qui se connaissent et qui entretiennent des relations suivies. C'est parce que ces sociétés sont sous-tendues par ce type de relations que l'argent y est inutile. Mais, dans un système où tout individu se trouve lié à tous les autres, la liberté dont dispose chacun vis-à-vis de l'échange et vis-à-vis des autres membres de sa communauté devient limitée.

    © IRD

  • Carte bancaire - L'argent, passeport pour la liberté ?

    Dans nos sociétés "modernes", les biens et services s'obtiennent avec de l'argent. Selon certains sociologues, tels que G.Simmel et T.Parsons, cette valeur symbolique, acceptée par tous, ouvre de nouvelles libertés : à condition d'en avoir les moyens, je peux acheter ce que je veux, à qui je veux, quand je veux et si je veux. Le paiement rend quitte l'acquéreur. La transaction, rendue anonyme, libère donc l'individu des liens personnels dont il est prisonnier dans les sociétés traditionnelles. Mais exposé ainsi, est-ce si vrai ? Nombre de situations rapportées par les actualités semblent aujourd'hui pouvoir réinterroger les citoyens sur le lien entre argent et liberté.

    © Vincent Moncorgé / LookatSciences

Recto Verso : L'argent, passeport pour la liberté ?
6

Entretien avec Florence JANY-CATRICE, professeure d'économie à Lille I
Entretien avec Florence JANY-CATRICE, professeure d'économie à Lille I
7

Recto Verso : Monnaie unique, avis multiples
» «
  • LookatSciences - Monnaie unique, avis multiples

    En tant que monnaie, l'euro a d'abord une valeur économique. Depuis sa mise en place le 1er janvier 2001, il est beaucoup plus facile, pour les entreprises, de commercer avec des Allemands, d'avoir des fournisseurs espagnols ou italiens : fini les taux de change, finies les factures en deutschemark ou en lire italienne ! Il est aussi plus simple de rechercher des financements auprès de banques à l'étranger, puisque la barrière des monnaies a sauté. Selon de nombreux spécialistes, ce processus aurait accru la compétitivité de l'Europe au niveau mondial.

    © Union européenne

  • Union européenne - Monnaie unique, avis multiples

    Mais si la monnaie unique favorise les échanges économiques, comment est-elle perçue par nous, citoyens ? Alors que l'euro fête ses 10 ans, l'Ifop a publié un sondage étonnant. D'une part, 54% des Français considèrent que la monnaie européenne s'apparente à une mauvaise chose. A cela deux raisons : 81% d'entre eux estiment que le changement de monnaie s'est traduit par une forte hausse des prix, et 52 % pensent que l'euro est un handicap dans la crise financière actuelle. Mais, d'autre part, l'étude révèle que les deux tiers des sondés ne veulent pas pour autant s'en séparer. Comme si la monnaie que nous utilisons chaque jour ne pouvait se réduire aux avantages économiques qu'on lui prête ou non.

    © LookatSciences

Recto Verso : Monnaie unique, avis multiples
8

Entretien avec Catherine Tallon-Baudry, chercheuse en neurosciences
Entretien avec Catherine Tallon-Baudry, chercheuse en neurosciences
9

Recto Verso : Gratuité - On a rien sans rien !
» «
  • asenat29 - Gratuité - On a rien sans rien

    Dans les années 70, la marque Gillette lance une petite révolution. Les caissières de supermarché distribuent gratuitement les rasoirs aux clients qui achètent des lames jetables. La notion de gratuité fait une entrée en force auprès des consommateurs et devient un argument de vente. Mais que l'on ne s'y trompe pas : rien n'est gratuit en ce bas monde, et les coûts sont forcément répercutés quelque part. Les économistes anglo-saxons ont une expression pour décrire cette réalité : There Ain't No Such Thing As A Free Lunch (traduire par : un repas gratuit, ça n'existe pas). Ce qui correspond à notre célèbre adage "On n'a rien sans rien". La gratuité ne serait-elle qu'une douce illusion ?

    © asenat29

  • NCReedplayer - Gratuité - On a rien sans rien

    Pas si sûr, si l'on songe par exemple aux services que l'on peut trouver sur internet. Calculer un itinéraire, retoucher des photos de vacances, téléphoner à l'autre bout de la terre, gérer ses comptes grâce à un logiciel spécifique... autant d'offres en ligne qui nous facilitent la vie et que nous ne payons pas, au moins dans leur version de base. Mais pour utiliser ces mêmes services dans des versions plus performantes, il faudra passer en "Premium", et donc payer !
    En tant que consommateur, rien de mieux que la gratuité alors ? Mais jusqu'à quel point sommes-nous prêts à jouer le jeu d'un système qui tend à supprimer la valeur même des choses ?

    © NCReedplayer

Recto Verso : Gratuité - On a rien sans rien !
10

Entretien avec Gilles Lazuech, sociologue à l'université de Nantes
Entretien avec Gilles Lazuech, sociologue à l'université de Nantes
11

Recto verso : Tout ce qui est à moi est à toi
» «
  • Mikkel William Nielsen / iSockphoto - Tout ce qui est à moi est à toi

    En se mariant, les époux jurent de subvenir aux besoins l'un de l'autre. Plus de 55% des couples en France ouvre un compte joint juste après leur mariage. Et dans la société française, la notion de "ménage" sert encore d'unité de base dans les statistiques nationales. L'argent du couple est vu dans l'inconscient collectif comme une unité indivisible au sein de laquelle les revenus de l'un et de l'autre sont indifférenciés. À l'univers du marché, caractérisé par la recherche de l'intérêt, s'oppose ainsi la sphère privée où les échanges seraient mus par des relations fondées sur l'amour et la solidarité. Une vision quelque peu « idéaliste » que les dépenses au sein du couple tendent pourtant à démentir.

    © Mikkel William Nielsen / iSockphoto

  • coloroftime / iStockphoto - Tout ce qui est à moi est à toi

    Dans un article paru en 2006 dans la revue Travail, Genre et Sociétés, Delphine Roy s'est penchée sur les résultats d'une enquête menée par l'INSEE sur le budget des familles. Selon elle, il existe certes des domaines où les dépenses sont communes au couple : comme les loyers, le crédit immobilier, les loisirs des enfants. Mais d'autres apparaissent plus clairement « sexuées ». Côté homme, on trouve sans surprise les dépenses liées à la voiture, les dépenses en assurances et, de façon plus surprenante, les frais d'habillement y compris d'habillement féminin. Côté femme, ce sont notamment les dépenses liées à la santé, aux services à domicile, à la garde des enfants, c'est-à-dire des coûts qui augmentent lorsque les femmes travaillent. En d'autres termes les femmes actives prennent à leur propre charge le travail domestique qu'elles "auraient dû" effectuer... Quand les stéréotypes reviennent par la petite porte !

    © coloroftime / iStockphoto

Recto verso : Tout ce qui est à moi est à toi
12

Reportage : Planète Lilas s'interroge sur les monnaies locales et alternatives
Reportage : Planète Lilas s'interroge sur les monnaies locales et alternatives
13

Reportage : le groupe Horizons de Goussainville débat de la dette publique
Reportage : le groupe Horizons de Goussainville débat de la dette publique
14

Invitation au débat de clôture

Débat de clôture

Saison Argent

19 juin 2012

15

Entretien avec Cédric Kahn, réalisateur et Hélène Ducourant, docteur en sociologie
Entretien avec Cédric Kahn, réalisateur et Hélène Ducourant, docteur en sociologie
16

Retransmission du débat de clôture QSEC - thème n°1 : le système financier
Retransmission du débat de clôture QSEC - thème n°1 : le système financier
17

Retransmission du débat de clôture QSEC - thème n°2 : Richesses et inégalités
Retransmission du débat de clôture QSEC - thème n°2 : Richesses et inégalités
18

Retransmission du débat de clôture QSEc - thème n°3 : la monnaie
Retransmission du débat de clôture QSEc - thème n°3 : la monnaie
19

Retransmission du débat de clôture QSEc - thème n°4 : les alternatives
Retransmission du débat de clôture QSEc - thème n°4 : les alternatives
20

Citation commentée : On ne meurt pas de ses dettes...

On ne meurt pas de ses dettes, on meurt de ne plus pouvoir en faire

Louis Ferdinand Céline

Une citation commentée par l’économiste Patrice Geoffron

21

Débat de clôture : la parole publique
Débat de clôture : la parole publique
22

Débat de clôture : le regard des citoyens
Débat de clôture : le regard des citoyens
23

Débat de clôture : le regard des spécialistes
Débat de clôture : le regard des spécialistes
24

Les cahiers des parcours
25

Les cahiers du débat
26

La plaquette de la saison Argent
-> banque des savoirs