logo Essonne

C'était le BUG en Essonne

  • Posté le : Lundi 24 Septembre 2007
  • Actualisé le : Jeudi 11 Octobre 2007
  • |

D’avril à mai 2006, douze villes essonniennes ont accueilli des créations artistiques sur le thème du BUG. La parution d’un catalogue présentant les installations est l’occasion de se replonger dans cette aventure pour le moins singulière.

Bug 91 Affiche© Artel91

Défaut, erreur, grain de sable, faille, accident, imprévu, … c'est un "bug". À l'origine, le terme appartenait au monde informatique et désignait une anomalie dans un programme. Désormais, le bug occupe un large espace dans notre langage et désigne diverses situations courantes. Le Collectif des villes pour la culture en Essonne* a choisi d'explorer ce sujet à travers des créations artistiques.

Au cœur du projet, un principe étonnant : intégrer l'œuvre dans un espace public qui ne lui est pas réservé (rue, allée, médiathèque, etc.) avec un double objectif. D'une part, insérer l'œuvre comme un bug dans nos paysages, nos habitudes et nos lieux de vies. D'autre part, rompre avec la traditionnelle vision de l'œuvre exposée dans un lieu dévolu à l'art et souvent réservé à un public averti.

Soutenu par le Conseil général de l'Essonne et l'Agence culturelle et technique de l'Essonne (Artel 91), le projet a pris forme grâce à quatorze artistes sélectionnés dans toute la France. Entre avril et mai 2006, onze installations ont occupé des espaces insolites dans douze villes qui ont peu ou pas l'habitude de recevoir ce type de démarches. À la croisée d'une approche artistique et technoscientifique, les œuvres peuvent désormais être découvertes sur un catalogue à paraître le 16 octobre 2007**. La suite de l'ouvrage sera consultable sur le site Internet de Artel 91, rubrique Bug, dès la parution du livre.

À quoi peuvent bien ressembler de telles œuvres ? Essayez de vous imaginer devant la mairie de Gometz-le-Châtel, y découvrant une horloge fonctionnant sur 15 heures… Il y a de quoi être étonné. Le dispositif électronique de cette improbable horloge a été spécialement conçu par Laurent Sfar pour surprendre, et peut-être aussi pour s'interroger sur le découpage calibré des journées et notre propre approche du temps.

Vous êtes maintenant à Vitry-Châtillon, rentrant du cinéma le Calypso, et vous dirigeant vers le parking : vous entendez sur votre chemin un lampadaire éternuer… Si l'incident vous dérange, autant vous en prendre à la pirate des lampadaires, Sandra Foltz. En greffant ses œuvres sur un objet urbain devenu banal et invisible, l'artiste provoque des situations burlesques et poétiques. "Pourquoi elle est enrhumée la dame ?", demande un enfant. "À vos souhaits !", répond un habitant. La démarche de l'auteur consiste à "humaniser" la cité.

Autre situation incongrue, à la sortie de la galerie marchande du Plessis-Pâté. Qu'auriez-vous pensé, après vos courses, en entendant votre voix en écho déformé dans une boîte aux lettres installée dans les allées. L'intriguant objet capture en fait tous les sons environnants, les modifie par un ordinateur intégré et les rediffuse à l'envers, en accéléré, à volume variable,… Si la boîte de Jérôme Abel ne recueille pas l'adhésion de tous, elle a suscité des réactions, des dialogues et parfois même, a créé des relations "instantanées".

Visant une participation du public encore plus profonde, le collectif de performeurs Ornic'Art a invité les Palaisiens et Fontenaysiens à témoigner d'un couac survenu dans leur vie. Tout un scénario avait été mis au point, s'étalant sur plusieurs jours. Phase 1 : les "donneurs de bugs" sont accueillis par des comédiens en blouse blanche qui mesurent leur "taux d'indice de réalité" et filment leur histoire. Phase 2 : des danseurs déguisés en chirurgiens interprètent ces histoires dans des lieux urbains, tandis que d'autres filment la réaction des habitants. Phase 3 : restitution des images volées lors de visites guidées dans deux "laboratoires" montés par les performers, l'un dans une médiathèque, l'autre dans une chapelle.

Si ce genre de démarches artistiques vous intrigue, 2009 est le prochain rendez-vous que nous donnent les organisateurs. Thématique du futur projet ? Encore en réflexion.



* Le Collectif des villes pour la culture en Essonne est un lieu d'échange et de réflexion sur la culture. Il aide à la création et à la diffusion, soutient et réalise des projets. http://www.adiam91.com/reseaux/collvilles.php
* Catalogue BUG, 16 euros, disponible chez Artel 91