logo Essonne

Dernière ligne droite pour la MISS

  • Posté le : Lundi 30 Mai 2011
  • |
  • par : L. Salters

Pôle Scientifique d'Evry Vals-de-Seine organisait le 23 mai un colloque de présentation de la très prochaine Maison de l’Innovation, des Sciences et de la Société, la MISS.

campus de Télécom SudParisLe bâtiment qui hébergera la Miss sera situé sur le campus de Télécom SudParis.


© S. De Boudemange 2004 - Télécom SudParis

Le compte à rebours est lancé : en 2014 ouvriront les portes de la Maison de
l’Innovation, des sciences et de la société (MISS). Cela fait maintenant dix ans que cette idée est en gestation. Le 23 mai, le Pôle Scientifique d'Evry Vals-de-Seine organisait un colloque intitulé “La MISS et son environnement”, un événement marquant le début de la dernière phase du projet. L’occasion surtout, pour les organisateurs, de détailler le contexte scientifique dans lequel se déroule cette aventure et les thèmes de recherches majeurs qui y seront développés. Avec comme mot d’ordre : la collaboration. “La MISS, c’est un projet qui vise à favoriser la coopération entre les établissements de recherche d’Evry, explique Pierre Rolin, directeur de Télécom SudParis. On y trouve l’université d’Evry Val d’Essonne, Télécom SudParis et Management, l’Ecole nationale d’informatique pour l’industrie et l’entreprise (Ensiie), le Génopole et certainement le grand hôpital à termes”.

La MISS affiche déjà sa spécificité : les promoteurs de ce lieu cherchent
à développer des interactions plus spécifiquement dans les domaines des
Technologies de l’information (TIC) et de la santé. “L’idée, c’est de garantir aux gens qui travaillent dans les TIC une ouverture concrète vers les sciences du vivant et vice-versa”, précise Hacène Lahreche, responsable de la coordination scientifique au sein du Pôle Scientifique d’Evry-Val-de-Seine (PSEVS) et partie prenante dans ce projet. D’ores et déjà, plus de 300 élèves sortent chaque année diplômés en TIC des promotions de Télécom SudParis et l’Ensiie. Et question santé, Evry se démarque nettement au niveau national, particulièrement dans les biotechnologies, avec des centres comme le Génopole. “C’est une coloration très forte ici à Evry, poursuit Hacène Lahreche. Les gens se rencontrent déjà entre eux et collaborent depuis longtemps. Les réseaux existent. Mais souvent, ces collaborations sont le fruit du hasard et parfois les liens peuvent se révéler distendus. La MISS va garantir des interactions pluridisciplinaires plus fortes. Et pour y parvenir, il n’y pas 36 solutions, il faut un lieu”. L’appel d’offre pour le bâtiment d’accueil de la MISS va bientôt être lancé.
Le bâtiment de la MISS s’étalera sur 3 300 mètres carrés. Il comprendra 10
plates-formes de recherche, un centre de conférence et un incubateur - une
structure d’accompagnement de création d’entreprises. Dès que le choix du
projet architectural aura été fait, les travaux commenceront sur le campus
de Télécom SudParis. Le Conseil général de l’Essonne et la Communauté
d’agglomération d’Evry participent à hauteur de 28 % dans le financement. Près de 50% est pris en charge par la Région. Le reste est supporté par Télécom SudParis et l’Ensiie. Si tout va bien, la MISS devrait avoir des murs et un toit d’ici 3 ans.