logo Essonne

Les Robinsons des glaces

  • Posté le : Mardi 4 Août 2009
  • |
  • par : A. Joseph

Au début de l’été 2009, ils sont partis loin, très loin… dans un monde froid, silencieux et blanc. Les Robinsons des glaces se sont laissés porter par la banquise durant cinq semaines.

Upernavik (nord-ouest du Groenland)Upernavik (nord-ouest du Groenland)
© Les Robinsons des glaces

En 1936, Paul Émile Victor partait à l’assaut de la banquise située sur la côte est du Groenland. Dans la région, ce fut la dernière des zones explorées. En effet, les blocs de glaces maintenaient la côte en étau, été comme hiver. Un milieu inhospitalier que personne ne voulait affronter. Mais depuis, les paysages et le climat ont changé. La banquise pluriannuelle fond. Elle fond tant et si bien qu’il est parfois possible d’accéder à la côte sans toucher la glace !

C’est justement pour témoigner de la disparition progressive de la banquise que l’équipe des Robinsons des glaces s’est constituée. Emmanuel Hussenet, Luc Denoyer et Catherine Meta, tous abonnés aux voyages en Arctique, parce que guide d’expéditions, aventurier ou photographe, ont voulu marcher dans les pas de Paul Émile Victor. Au début de l’été 2009, ils ont rejoint une plaque de banquise et se sont laissés dériver pendant cinq semaines.

"À ma connaissance, seuls des naufragés contraints d’errer au gré des courants ont ainsi dérivés sur une plaque de banquise, raconte Luc Denoyer. Dans des écrits du XIXe siècle, les rescapés décrivent un monde fantasmagorique, imprévisible et surtout, invivable." Pas refroidie pour autant, l’équipée s’arme d’un kayak, de combinaisons, et s’installe sur une plaque. Silence…
Emmanuel Hussenet - Luc Dénoyer - Robinsons des glacesEmmanuel Hussenet et Luc Dénoyer, deux membres des Robinsons des glaces
© Les Robinsons des glaces
"On s’attendait à un spectacle violent et brutal alors qu’on a assisté à une lente agonie." Et même une agonie sereine, à en croire Luc Denoyer, lui-même perplexe face à ses souvenirs. "La banquise est agitée par des courants et contre-courants, des icebergs se retournent quotidiennement, des blocs de glace s’effondrent, et pourtant, cet ensemble ne produit aucun heurt violent." Luxe, calme et volupté ? Pas tout à fait, car la banquise continue de fondre.

"Plus on avançait dans la saison, plus on sentait la plaque s’amincir." Les derniers jours, les vagues avaient tellement corrodé les extrémités de la plaque qu’elle n’était plus qu’une série de franges. Dessous, les vagues se frayaient un chemin et creusaient, creusaient,... "Du dessus, je n’avais rien remarqué ; mais je l’ai compris un matin en me réveillant les pieds dans l’eau."

À ce stade, les Robinsons des glaces prennent le kayak et pagaient - parfois une centaine de kilomètres - pour rejoindre une autre plaque plus épaisse. Ils ne connaissent pas leur itinéraire qui, tout en étant calé sur le mouvement global de la banquise, du Nord vers le Sud, dévie régulièrement en fonction des fjords et des marées Est/Ouest. De toute manière, en fin de course, le GPS et l’huile de coude seront là pour les ramener à bon port, sur la côte.

De ce voyage, les Robinsons des glaces ont rapporté des images, des sons et un témoignage qu’ils comptent mettre en film, en livre et en conférence pour se faire les hérauts du "testament des glaces".

Free download porn in high qualityRGPorn.com - Free Porn Downloads