logo Essonne

Mammifère : une espèce sur dix est menacée

  • Posté le : Lundi 23 Février 2009
  • |
  • par : A. Joseph

Le comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) viennent de publier la première Liste rouge des espèces de mammifères menacées sur le territoire métropolitain. Les résultats encourageants des politiques de conservation compensent la situation "préoccupante" de plusieurs espèces.

Le grand hamster, Cricetus cricetusPrésent jusqu’au Bassin parisien à la fin du XIXe siècle, le grand hamster (Cricetus cricetus) ne se trouve aujourd’hui que dans les plaines d’Alsace. Espèce classée en danger, elle bénéficie d’un plan de conservation 2007-2011.
© Sylvain Cordier

Bouquetin des Pyrénées, baleine des basques et phoque moine, ont bel et bien disparu du territoire. Pour les voir, il faudra s’expatrier ou visionner des documentaires des années soixante-dix voire trente, selon les cas. Et parmi les 119 autres espèces de mammifères référencées d’après les critères de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), onze sont menacées. Ces résultats ont été publiés par le comité français de l’UICN et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) dans une récente étude sur les mammifères.

L’inventaire des espèces menacées en métropole a été entamé en 2007, quatre ans après l’élaboration d’un guide d’application nationale de la méthode employée par l’UICN au niveau mondial. Méthode considérée depuis quarante ans comme l’outil le plus fiable pour évaluer le risque d’extinction des espèces. Créé en 1992, le comité français de l’UICN s’est tout d’abord attaché à faire un état des lieux général de la biodiversité en outre-mer, où l’on compte près de 90% des espèces endémiques françaises. Il a ensuite dressé une carte des financements publics destinés à la protection de la biodiversité, où l’on s’aperçoit que "seulement 0,1 % des crédits affectés à l’outre-mer sont consacrés à la biodiversité", souligne Florian Kirchner, chargé du programme Espèces au comité français.

Depuis 2005, donc, le comité français a établi une Liste rouge des reptiles, amphibiens, oiseaux nicheurs, et désormais, des mammifères. L’objectif est de passer en revue l’ensemble des espèces françaises d’ici 2010. Avec le Muséum national d’Histoire naturelle, le comité français compile les publications en provenance de scientifiques, des parcs nationaux, régionaux, de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, des associations de naturalistes, etc. Puis, elle utilise ces données de terrain pour : un, chiffrer les effectifs d’une espèce, deux, évaluer l’aire qu’elle occupe, trois, calculer son taux de déclin. Lorsque l’observation directe d’une espèce est difficile, on se reporte sur des "indices d’abondance", comme le niveau d’exploitation lors des prises de pêche, l’évolution des habitats ou le nombre de fèces (crottes et déjections) qui informent sur les effectifs ou le taux de déclin. Ces trois critères permettent ensuite de classer l’espèce dans l’une des neufs catégories instituées par l’UICN : espèce éteinte, en danger critique d’extinction, en danger, vulnérable, etc.

Le bouquetin des Alpes, Capra ibexLe bouquetin des Alpes, Capra ibex, est une espèce endémique européenne des massifs alpins qui a quasiment disparu du territoire français au XIXe siècle. La mise en place du parc national de la Vanoise a permis son retour spontané, et un classement parmi les espèces "semi-menacées".
© Jean-Marc Galindo
Ainsi, malgré la raréfaction des proies due à l’utilisation intensive des pesticides, le dérangement lié à une fréquentation accrue des gîtes et la dégradation des habitats causée par l’urbanisation, la dernière étude a pu mettre en évidence une bonne nouvelle : "Les actions de conservation entreprises pour les mammifères sur le territoire métropolitain portent leurs fruits", témoigne Florian Kirchner. "Par exemple, le bouquetin des Alpes a pu faire un retour spontané sur notre territoire grâce à la mise en place du parc national de la Vanoise et à l’interdiction de sa chasse. Autre succès, la loutre d’Europe qui avait perdu les trois-quarts de son aire de répartition dans les années soixante-dix, recolonise progressivement le territoire depuis qu’elle a été classée "espèce protégée" et que son piégeage a été interdit".

Pour 2009, l’équipe des Listes rouges françaises donne rendez-vous aux poissons d’eau douce, aux crustacés et aux orchidées.

Free download porn in high qualityRGPorn.com - Free Porn Downloads