logo Essonne

Nucléaire : une décennie de transparence

  • Posté le : Lundi 22 Décembre 2008
  • |
  • par : P. de Brem

Instance indépendante, la Commission locale d’information de Saclay réalise ses propres expertises afin de rechercher l’éventuelle présence de radioactivité autour du centre nucléaire CEA de Saclay. Mais trop peu d’Essonniens connaissent l’existence de cette institution, qui pourtant fête ses 10 ans cette année.

Colloque sur le tritium - CLIUn colloque sur le tritium a été organisé par la CLI de Saclay en novembre 2008, en présence de nombreux experts.
© ANCLI

Beaucoup passent à côté sans savoir de quoi il s’agit. Le centre de recherches nucléaires du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), que l’on aperçoit depuis le "Christ de Saclay", un carrefour bien connu localement, abrite pourtant 5 000 chercheurs. Et une bonne part d’entre eux travaille dans deux réacteurs nucléaires dédiés à la recherche.

À quelles expériences ces scientifiques se livrent-ils ? Le font-ils en toute sécurité ? Quelles sont les précautions prises pour protéger la population et l’environnement contre les risques liés aux travaux menés ? La Commission locale d’information (CLI) est là pour poser ces questions. Cet organisme parfaitement indépendant est composé d’experts, de syndicalistes, d’élus et de simples citoyens.

En novembre dernier, la CLI de Saclay a participé à l’organisation d’un important colloque, initié par l'Association nationale des CLI (ANCLI). Il s’est tenu à Orsay et a rassemblé 100 experts, responsables du nucléaire, chercheurs et membres des 30 CLI françaises, autour de la question du tritium. Cette substance rejetée en petites quantités dans l’environnement par les installations nucléaires est aujourd’hui soupçonnée par certains d’avoir des effets sur la santé humaine et animale, bien qu’elle soit très faiblement radioactive.

Comme toutes les autres CLI de France, celle de Saclay est chargée "d’une mission générale de suivi, d’information et de concertation en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et d’impact des activités nucléaires sur les personnes et l’environnement," selon la définition qu’en donne la loi sur la transparence nucléaire. Ce texte, voté il y a deux ans, a conforté le rôle des CLI créées en 1981 par une simple circulaire du Premier ministre Pierre Mauroy. Il établit également que leur financement est désormais assuré par l’État et les collectivités territoriales.

Cela fait maintenant dix ans que la CLI de Saclay a été créée. Dix ans de travail au service de la transparence en matière nucléaire. À sa demande, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), a par exemple réalisé une carte du réseau hydrographique du site afin d’identifier les points à surveiller en priorité, à la recherche d’une éventuelle présence radioactive. Des études commanditées par la CLI ont également été réalisées par des laboratoires spécialisés indépendants, afin de savoir si l’environnement présentait un marquage radioactif. Elles ont confirmé les résultats obtenus de son côté par le CEA, montrant que l’environnement avait été localement contaminé dans les années cinquante à soixante-dix.

La CLI de Saclay a donc fait la preuve de son utilité. Mais trop peu de riverains savent qu’ils peuvent s’adresser à elle pour toutes leurs questions liées au nucléaire. L’enquête téléphonique qu’elle a fait réaliser en octobre dernier auprès de 600 foyers de communes proches montre que 10 % des personnes la connaissent. Et qu’un tiers seulement savent qu’elles habitent à proximité d’installations nucléaires ! Après dix années passées à développer le dialogue avec le CEA, un nouveau défi s’ouvre à la CLI de Saclay : mieux toucher et mobiliser les populations locales.

Free download porn in high qualityRGPorn.com - Free Porn Downloads