logo Essonne

Pariscience exalte la musique... du cerveau

  • Posté le : Lundi 12 Octobre 2009
  • |
  • par : A. Joseph

Pour sa demi-décennie, le Festival international du film scientifique vient de récompenser un film à la lisière des genres : L'instinct de la musique, un documentaire où artistes et scientifiques dialoguent.

Affiche festival Pariscience 2009Affiche du festival Pariscience 2009
© Plonk et Replonk.

Du 7 au 11 octobre 2009, les amphithéâtres du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris se sont transformés en salles de projection. Pour cette cinquième édition de Pariscience, 45 documentaires, docu-fictions et films d’animation ont été présentés. Ils ont été sélectionnés parmi les 350 films reçus par le jury de l’association Science & Télévision qui est à l’origine de ce Festival international du film scientifique.

Le prix Buffon a été remis à Malin comme un singe, un documentaire où le réalisateur John Rubin montre des singes développant des capacités que l’on pensait propres à l’homme.
Le prix de la Terre est revenu à Les guerres du climat : les forces en présence, un film de Jonathan Renouf, qui met en avant l’interférence des enjeux politiques dans les controverses scientifiques.
Le prix Pierre-Gilles de Gennes a été décerné à un documentaire sur les mathématiques parce qu’il est rare d’en trouver et que Fractales, à la recherche de la dimension cachée, de Michel Schwarz et Bill Jersey, utilise des techniques d’animation utilisées rendent les fractales limpides alors qu’il s’agit d’un domaine impénétrable.

Image extraite du film Climat WarsImage extraite du film Les guerreq du climat : les forces en présence.
© Jonathan Renouf/ BBC
Avec ses animations 2D et 3D pour illustrer comment les technologies quantiques transformeront le monde de demain, Les dompteurs de l’invisible de Chris Mullington remporte le prix Audace.
Images de synthèse à l’appui, le film de prospective Se déplacer en 2040 de Philippe Baron a fait mouche en touchant plus particulièrement les lycéens qui lui ont décerné leur prix. Chaque Français se déplace en moyenne 45 km par jour, c’est neuf fois plus qu’il y a cinquante ans. "Nous avons bien aimé les passages en bande dessinée, mais surtout, on s’est sentis concerné par cet avenir qui est le nôtre !"
Pour le jury collégiens, c’est le rêve du voyage qui l’a emporté avec Voyageurs des fleuves de Stéphane Lévin et Florence Pradalier, un documentaire sur la participation de jeunes lycéens à une mission scientifique en Guyane.

Image extraite du film L’instinct de la musiqueImage extraite du film L’instinct de la musique.
© Mannes Productions, inc
Enfin, le Grand Prix du jury (AST - Ville de Paris) a été remis à L’instinct de la musique. Une partition d’une heure quarante pour ausculter l’impact de la musique sur notre corps. Entre la 17e et la 19e semaine, le bébé entend. Dans le ventre de sa mère, il écoute une femme chanter à côté de lui et le spectateur adulte entend  la même chose que l’enfant grâce à un hydrophone placé dans l’utérus de la mère. Dans la caverne postnatale, dans le cerveau des adultes, dans le cœur des hommes,… c’est dans ces lieux hautement symboliques de la vie que le film a exploré notre rapport à la musique.

Les dons pour la musique sont-ils innés ? Comment la musique influe-t-elle sur notre cerveau ? Cette aisance à battre le rythme, d’où vient-elle ? Les émotions que nous procure une musique sont-elles universelles ? L’instinct de la musique ne répond pas à toutes ces questions mais montre qu’une vingtaine de scientifiques y travaillent de par le monde, chose encore impensable il y a une dizaine d’années. Ainsi, sans qu’on ait tout compris à ces phénomènes, on y découvre avec émerveillement une femme sourde et percussionniste, un cacatoès qui danse en rythme, une flûte âgée de plus de 35 000 ans, un petit quelque chose chez Debussy qui forcément le rattache à la langue française ! Le film a pour fil d’Ariane un dialogue entre le génial Bobby McFerrin, chanteur sans frontière ni limite, et le neurologue de haute volée, Daniel Levitin. Il a été réalisé par Elena Mannes, elle-même fille de musiciens, spécialisée dans le documentaire culturel. Son incursion dans les sciences lui vaut d’être couronnée du Grand Prix du jury.

Pour conclure ce palmarès, un coup de cœur inattendu a été remis à Tours du monde, tours du ciel, de Robert Pansard Besson, un film plein d’humanité sur l’astrophysique.

Free download porn in high qualityRGPorn.com - Free Porn Downloads