logo Essonne

Passer l'air au peigne fin

  • Posté le : Lundi 20 Juillet 2009
  • |
  • par : A. Joseph

En Île-de-France, la chasse aux particules polluantes volatiles s'est ouverte au cours du mois de juillet 2009. Cette campagne de pollution exceptionnelle réunit nombre d'instruments innovants.

Avion ATR-42 – Unité SAFIRE ATR-42, un des trois avions de recherche de l’unité SAFIRE, laboratoire qui regroupe les moyens aéroportés de l’INSU-CNRS, du CNES et de Météo-France. Cet avion peut emporter une importante charge utile jusqu’à 7 000 m d’altitude, sur une distance de 1 600 km.
© Météo-France / CNRM

De l’avis des experts, l’Île-de-France est l’une des régions les mieux placées pour cette étude. Sa population, très dense dans l’agglomération parisienne, est cernée par une campagne peu habitée. Ce qui rend le suivi des panaches de pollution plus aisé. Car tel est bien l’objectif de cette campagne : observer certaines particules polluantes de l’air pour mieux comprendre leur origine.

Cette campagne de pollution s’inscrit dans le cadre du projet européen Megapoli. Elle mobilise une vingtaine d’équipes françaises et européennes tout au long du mois de juillet 2009. Passé au crible, l’air des Franciliens devrait permettre de relier les particules de source secondaire aux particules de source primaire.

En effet, les particules carbonées auxquelles s’intéressent les experts sont issues d'une part des processus de combustion (pots d’échappement, usines, feux domestiques,…), c’est la source primaire ; d'autre part d’une réaction photochimique se déroulant spontanément dans l’atmosphère, c’est la source secondaire. Dans ce cas, la réaction se fait à partir de particules pouvant elles-mêmes provenir de sources primaires ! Le rôle des émissions primaires pourrait donc être plus important que prévu.

Camion de mesure de la pollution de l'air du CEAUn des cinq camions de mesure de la pollution de l'air, capable de suivre les masses d'air pollué.
© Megapoli
Si des études antérieures ont déjà pointé cette incertitude, aucune n’a permis de quantifier avec robustesse la part de chacune des sources dans la production globale des particules carbonées. "Il y a quelques années, c’était un peu la même situation avec le gaz ozone. Depuis, des études poussées ont permis de connaître précisément les processus de formation ou de dégradation de l’ozone. Avec la campagne en cours sur l’Île-de-France, nous comptons faire de même pour les particules carbonées," compare Matthias Beekmann, coordinateur de la campagne de pollution et directeur de recherche au Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques (LISA) du CNRS.
 
Jusqu’à présent, l’une des difficultés était de distinguer ce qui, dans un nuage de particules, provenait d’une source primaire ou secondaire. "Aujourd’hui, nous disposons d’instruments capables de faire ce travail," témoigne Matthias Beekmann. Outre les cadastres de l’association Airparif, le consortium scientifique s’appuiera sur trois points d’observation dont l’un se trouve à l’École Polytechnique de Palaiseau. En parallèle, une escorte mobile de cinq camions poursuivra les masses d’air pollué afin d’observer les réactions photochimiques qui s’y déroulent. En sus, l’avion de recherche SAFIRE (CNRS / Météo-France / CNES) renouvellera ces observations dans des zones plus éloignées de l’agglomération.

Pourquoi se pencher aussi attentivement sur ces polluants ? "Parce qu’ils ont un impact sur la santé humaine et une influence sur le climat, répond le spécialiste de la chimie de l’atmosphère. Ces particules amputeraient de douze mois la vie des gens vivant dans les régions les plus polluées d’Europe. Comme pour beaucoup d’études épidémiologiques, ce chiffre est incertain mais il peut réduire comme il peut grossir," souligne le chercheur qui pencherait plutôt pour la seconde solution…

Pour compléter l’étude de cet été, une deuxième campagne sera effectuée au cours de l’hiver 2010. "Les résultats préliminaires devraient être donnés d’ici un an, et les définitifs dans trois ans," informe Matthias Beekmann.

Free download porn in high qualityRGPorn.com - Free Porn Downloads