logo Essonne

Qsec saison 2 : L'alimentation au coeur des débats

  • Posté le : Lundi 8 Novembre 2010
  • |
  • par : L. Salters

La nouvelle édition de Questions de Sciences, Enjeux Citoyens (Qsec) est lancée. Certains groupes ont déjà entamé leurs travaux.

QSEC saison 2010-2011 : l'alimentationAtelier de diététique. Chacun d’entre nous est concerné par ce qu’il met dans son assiette.
© Thierry Berrod/Look at Sciences

Une soixantaine de groupes, soit près de 900 personnes dans six départements franciliens et un thème à débattre : l’alimentation. Ce sont les ingrédients de la seconde saison de Questions de Sciences, Enjeux Citoyens, plus connu sous le nom de Qsec (prononcer cul sec !). Pour cette édition, l’idée de départ reste la même : faire participer des citoyens à un questionnement fort et les amener à partager publiquement le fruit de leur réflexion. A travers un grand débat régional d’une part. Mais aussi dans des restitutions plus libres au niveau local et qui impliqueront chacun des groupes de travail.

"Le thème choisi influence beaucoup la physionomie du projet", commente Nicolas Blémus, responsable de la coordination régionale de Qsec. L’année dernière, la question de la bioéthique avait impliqué un travail de pédagogie pour bien cerner les enjeux autour des questions que soulève la manipulation du vivant. Comme un travail d’initiation à effectuer auprès des participants. Et avec la bioéthique, on était tout de suite sur des problématiques fondamentales. "Avec l’alimentation, c’est le contraire, renchérit Nicolas Blémus. Tout le monde se sent concerné et tout le monde à des idées avant même d’avoir commencé ! Nous allons donc partir de ces éléments et essayer de faire découvrir aux participants les problématiques scientifiques, économiques, sociales qui se cachent derrière les choses très quotidiennes qu’ils connaissent : le goût des aliments, les fruits et légumes de nos marchés, etc."
Quels aliments pour notre assiette demain ? Les produits alimentaires sont-ils des marchandises comme les autres ? Une éthique alimentaire mondiale est-elle souhaitable ? Comment faire face au phénomène de l’obésité ? Les interrogations autour de l’alimentation ne manquent pas...

Vitesse supérieure

Comme l’année dernière, plusieurs groupes seront constitués à travers l’Ile de France pour aborder ce thème. Pour nourrir les débats, ils rencontreront des intervenants extérieurs. "Il y aura beaucoup des chercheurs, bien sûr, précise Nicolas Blémus. Mais aussi des agriculteurs, des cuisiniers, des membres d’ONG et des militants associatifs. L’alimentation est un thème vaste et complexe qui nécessite de croiser les expertises et les regards, il n’y a pas de vérité unique."
Parmi les nouveautés, il faut noter l’ouverture, fin novembre, d’un blog et d’une page Facebook. "C’est une manière de créer des liens entre les groupes et de montrer semaine après semaine l’évolution des travaux, explique Nicolas Blémus. On pourra également y mettre en ligne les restitutions de chacun des groupes."
Outre que le thème choisi est au coeur des débats de société actuels, les organisateurs ont par ailleurs décidé pour cette édition de passer à la vitesse supérieure puisque ce ne sont plus trois, mais six départements qui sont impliqués dans l’initiative (Essonne, Seine-Saint-Denis, Yvelines, Paris, Seine et Marne, Val de Marne). Le périmètre de Qsec (avec près de soixante groupes contre une trentaine l’année dernière) s’en trouve considérablement étendu. "A quoi peut ressembler un débat de clôture avec autant de participants ? ", s’interroge d’ailleurs Nicolas Blémus.
Car la règle du jeu reste la même : organiser vers le mois de mai une restitution finale ou tous les groupes rassemblés soumettront ensemble le cœur de leurs réflexions. Dans le même temps, ils seront aussi invités à restituer leurs travaux dans leurs départements de résidence. L’année dernière, l’éventail des possibles était très étendu : bandes dessinées, films vidéos, poèmes, spectacles, expositions. Sur cet aspect, le projet prend toute sa dimension culturelle. Ou comment Qsec créé les conditions d’un apprentissage collectif entre le savoir, l’opinion et l’imaginaire.

Déjà à la tâche

Certains groupes sont déjà à la tâche. En Essonne, une classe de 4ème option sport travaille sur une thématique croisée entre alimentation, dopage et activité sportive. Une manière très concrète pour eux de s’attaquer la problématique. L’école de la deuxième chance des Mureaux (qui avait déjà participé l’année dernière) a mis en place des ateliers autour des métiers de l’alimentation. "Ils ont déjà fait une visite au marché de Rungis", précise Nicolas Blémus. La résidence des Rameaux à Evry a recréé un groupe pour cette deuxième édition et va conduire sa réflexion autour de l’agriculture d’hier et d’aujourd’hui. "Mais tous les groupes n’ont pas encore été constitués", précise Nicolas Blémus. Pour ceux qui souhaiteraient participer, il faut se rendre sur le site de QSEC (http://www.qsec.fr) où se trouvent les coordonnées des responsables à contacter dans chacun des départements. Vous pourrez également y consulter le dossier de presse, voir des interviews d’experts et accéder aux archives de la saison passée.
Un mot d’ordre cette année ? Nicolas Blémus : "Partir du quotidien de tout le monde pour emmener les groupes dans la réflexion".
Dont acte.