logo Essonne

Quand la biologie danse avec le vivant

  • Posté le : Lundi 20 Avril 2009
  • |
  • par : A. Joseph

Encore peu connue du grand public, la biologie synthétique vise à créer de nouveaux organismes vivants. Un cycle de conférences propose d’en comprendre les enjeux éthiques philosophiques, financiers, scientifiques, ...

Affiche Cycle Biologie Synthétique© Vivagora

Depuis une petite décennie, la biologie synthétique connaît un développement fulgurant : 68 entreprises, près de 10 000 laboratoires dans le monde, et pas moins de 18 programmes européens oeuvrent à la création d’organismes vivants artificiels. Car c’est bien l’objet de la biologie synthétique : utiliser le vivant comme un jeu de Lego pour assembler de nouveaux organismes.

Pour l’association Vivagora, dont la mission est de favoriser le débat social autour des questions de science et société, "cette discipline n’est pas un perfectionnement de la biologie moléculaire, qui se cantonne à modifier les gènes : alors que la création des OGM (organismes génétiquement modifiés) se limite à des transferts de portions de gènes, la biologie synthétique élabore sur mesure des "OGF", organismes génétiquement fabriqués. L’objectif est de réaliser des bio-raffineries miniatures pour obtenir des produits pharmaceutiques, réparer des tissus, décontaminer des sites pollués, élaborer des biosenseurs, produire de l’énergie (biocarburant), …"

Pour Miroslav Radman, médecin de l’université Necker-Enfants malades de Paris : "Cette pratique scientifique ne correspond pas à une rupture conceptuelle ou méthodologique. La biologie synthétique est une formule qu’on utilise pour positionner les laboratoires dans la recherche de financements," a-t-il pu expliquer au cours d’un débat public au Centre Pompidou, le jeudi 2 avril.

Co-organisé par l’association Vivagora, la Cité des sciences et de l’industrie, l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) du Centre Pompidou, ce débat du 2 avril est le premier d’un cycle de trois. Une rencontre avec des étudiants puis une conférence en décembre viendront clore cet événement entièrement consacré à la biologie synthétique.

Ce cycle devrait tracer des pistes de réponses aux multiples questions qu’a fait surgir cette discipline :
- S’agit-il d’une science ou d’une simple ingénierie ?
- Quelles sont les différences entre biotechnologies, technologie génétique et biologie de synthèse ?
- Est-il vraiment possible de créer un organisme ex-nihilo ?
- Comment la biologie synthétique arrivera-t-elle a prendre en compte la part d’aléatoire dans l’évolution du vivant ?

Les débats permettront de découvrir un champ de recherche encore peu connu du grand public. Ils seront surtout l’occasion d’en discuter les implications éthiques et environnementales, questions jusqu’alors peu abordées, comme nous le soulignions dans le dossier Exploiter le vivant, une révolution industrielle, en 2007.

Calendrier et lieux du cycle :
- Jeudi 4 juin : Enjeux sociétaux, culturels, géopolitiques
- Jeudi 1er octobre : Enjeux industriels, économiques et sanitaires
- Novembre : rencontres en milieu étudiant, en lien avec les étudiants du concours iGEM (Paris Descartes)
- Jeudi 3 décembre, conférence de clôture à la Cité des sciences et de l’industrie (la Villette).

Découvrez le programme sur le site de l'association Vivagora.

Free download porn in high qualityRGPorn.com - Free Porn Downloads