logo Essonne

Un concurrent de plus dans la course à l'espace

  • Posté le : Lundi 18 Juin 2007
  • Actualisé le : Jeudi 21 Juin 2007
  • |

Le groupe européen EADS a dévoilé l’avion-fusée qu’il entend aligner au départ de la course au tourisme spatial. L’engin devrait permettre, à partir de 2012, à quatre passagers de vivre quelques instants d’ivresse dans l’espace.

Avion-fusée Astrium EADSVue d'artiste de l'avion-fusée conçu par EADS Astrium, qui devrait être fonctionnel en 2012 pour son premier vol touristique dans l'espace.
© 2007 Marc Newson Ltd / NASA

Hormis la présence de deux ailettes à l'avant et d'une tuyère de fusée à l'arrière, l'appareil passerait facilement pour un jet classique. Pourtant, il est prévu pour grimper au-delà de la frontière officielle qui marque le début de l'espace, à cent kilomètres d'altitude. EADS Astrium, la branche spatiale d'EADS (European aeronautic defence and space company / Société européenne d'aéronautique militaire et d'espace), vient de dévoiler le prototype de ce futur véhicule spatial. Fer de lance de la société en matière de tourisme spatial, il emmènera quatre passagers à chaque vol, qui auront le privilège d'admirer la Terre de très haut. Le prix de l'escapade : entre 150.000 et 200.000 euros.

L'avion-fusée décollera d'un aéroport standard grâce à ses turboréacteurs, puis à douze kilomètres d'altitude actionnera son moteur fusée pour atteindre le nirvana. À cent kilomètres d'altitude, les heureux voyageurs profiteront d'une vue similaire à celle dont bénéficient les spationautes à bord de la Station spatiale internationale (ISS). En particulier, ils pourront contempler les rondeurs de la Terre. L'horizon est à 120 kilomètres et, à cette distance, la courbure du globe est parfaitement visible.

Passagers de l'avion-fusée Astrium EADSL'avion-fusée EADS Astrium pourra emmener à son bord quatre passagers, pour un vol à une centaine de kilomètres au-dessus de la Terre.
© 2007 Marc Newson Ltd
La cerise sur le gâteau sera la phase en microgravité, trois minutes durant, avant de replonger vers le sol. La cabine de l'appareil, pourvue de poignées du sol au plafond, est prévue pour permettre aux voyageurs de se laisser aller à toutes les cabrioles en profitant de l'apesanteur. Non que la gravité soit nulle à cette altitude (elle n'a diminué que de 3 % par rapport à sa valeur terrestre) mais à cause du profil parabolique du vol, les passagers se retrouvant momentanément en chute libre.

Avec ce projet, EADS Astrium se pose en concurrent d'autres sociétés qui entendent envoyer des touristes dans l'espace dans les prochaines années. Parmi elles, PlanetSpace, Rocketplane Kistler et Space Adventures. Le programme le plus avancé est celui de la société Virgin Galactic, qui prévoit de transporter 500 passagers par an à bord du véhicule spatial SpaceShipTwo, ce dès 2009. Cet avion est fabriqué par Scaled Composites, qui avait été en 2004 la première société privée à faire voler un engin habité dans l'espace : SpaceShipOne. Le prix du billet sur SpaceShipTwo est de deux cent mille dollars ; 30.000 personnes se seraient déjà montrées intéressées.

L'intérêt du vol suborbital n'est pas que ludique. Les constructeurs ont en ligne de mire le transport long courrier de passagers à vitesse hypersonique. Avec sa future flotte d'avions spatiaux, Virgin Galactic vise par exemple de rallier Paris à Sydney en une demi-heure, ce d'ici à quinze ans. Sans formuler d'ambition précise, EADS Astrium a également déclaré vouloir défricher cette aéronautique de l'avenir.