logo Essonne

Glossaire

Recherche alphabétique :

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Résultat(s) :

Glacier rocheux

Aux yeux de la plupart d’entre nous, la haute montagne est un paysage simple et immuable, marqué par la glace, le roc et la neige. Il existe en réalité, entre l’étage des neiges éternelles et celui de la forêt, un domaine intermédiaire dit "périglaciaire", où le gel du sol lui-même est suffisamment important pour façonner le relief de manière remarquable. De même qu’aux hautes latitudes, les températures extrêmement froides, l’enneigement et la radiation solaire limités, conduisent à un gel profond et durable du sol (pergélisol).

Dans les milieux de montagne, la présence de pergélisol dans les éboulis ou les moraines est à l’origine de ce que les géomorphologues nomment "glacier rocheux". Ils se rencontrent plus particulièrement dans les zones relativement sèches, où les glaciers ne peuvent se développer pleinement. Des Rocky Mountains alaskanes aux Andes chiliennes, en passant par l’Himalaya, les Alpes ou les Pyrénées, cette forme de relief très courante, et pourtant souvent ignorée, participe à la diversité des paysages.

Si l’origine de la glace dans le sol peut varier et fait l’objet de controverses, les glaciers rocheux acquièrent leur morphologie très particulière, faite de bourrelets emboîtés et d’un front raide, par le "fluage" du mélange de blocaille (débris de pierre) et de glace. Cette déformation lente de la mixture, permise par la forte proportion de glace, conduit à son extension ou à sa compression selon la topographie. Évidemment, l’abondance des débris qui pourront constituer le corps du glacier rocheux dépend de la nature de la roche, qui peut être plus ou moins résistante aux effets de cryoclastie, et influence la possibilité de développement et la forme du glacier rocheux. C’est donc de l’équilibre variable entre l’apport de débris rocheux, la quantité de neige et la fraîcheur du climat dont dépend la présence ou non de glacier rocheux. Autrement dit, lorsque le climat montagnard s’assèche, l’eau se réfugie, sous forme solide, dans le sol.

Source : Mozaica - Xavier Bodin, doctorant, UMR 5194 PACTE, CNRS/Université Joseph Fourier, Grenoble

Dossiers liés à ce mot :

Rechercher dans le glossaire