logo Essonne

Comme une lettre à la poste : visite guidée

  • Posté le : Lundi 5 Décembre 2011

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Le centre de tri postal de Wissous, ou plate-forme industrielle courrier selon la terminologie de La Poste, est l'un des plus modernes et des plus importants au monde. 800 personnes y travaillent jour et nuit. Avec une superficie de 40 000 m2, soit 4 terrains de football, ses hangars abritent une série de machines qui traitent jusqu'à 5 millions de plis par jour.

Ce centre de tri ultra moderne, inauguré en 2007, pratique le Traitement Automatisé de l'Enveloppe. Ici, l'adresse est décodée par lecture optique et les lettres sont triées jusqu'à la tournée finale du facteur, une première.
Provenant des dix arrondissements du sud de Paris et d'une partie de quelques départements limitrophes, le courrier petit format (jusqu'au demi A4) collecté dans les boîtes aux lettres, celui des particuliers qui représente 13% du trafic, est d'abord oblitéré dans trois machines de tri préparatoire.

Le courrier à destination des dix arrondissements du sud de Paris, qu'il arrive d'autres centres de tri, des machines de tri préparatoires ou des plis déposés par les entreprises passe par l'une des 11 machines de tri industriel. Il ressortira dans des bacs de livraisons que les facteurs n'auront plus qu'à emporter pour le livrer. Début 2012, la Plate-forme Industrielle Courrier de Wissous triera également le courrier pour tout le département de l’Essonne.

Informations

  • Date de parutionLundi 5 Décembre 2011

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel