logo Essonne

À la découverte des ressources éoliennes

  • Posté le : Lundi 9 Juillet 2007
  • |
  • par : C. Duval

En construisant deux éoliennes lors d’un atelier scientifique, des élèves de 6e du collège des Pyramides à Evry sont passés de la théorie à la pratique. Et ont été sensibilisés aux problèmes d'environnement….

Construction d'une éolienne 1Aidé de leur professeur de technologie, les élèves de 6e du collège des Pyramides à Evry ont construit deux éoliennes.
© Cédric Duval/Conseil général de l'Essonne

Ils ont à peine 12 ans, mais en savent déjà beaucoup sur les phénomènes physiques qui créent le vent, ainsi que sur les différentes manières d'utiliser cette force naturelle comme source d'énergie. Et pour cause ! Depuis le début de l'année scolaire, ils se réunissent chaque jeudi lors d'un atelier scientifique destiné à Construction d'une éolienne 2Une élève et son professeur en train de confectionner une des pièces de l'éolienne.
© Cédric Duval/Conseil général de l'Essonne
découvrir les ressources éoliennes, initié par Benoît Guenat, enseignant en technologie.

Pour ces élèves de 6e du collège des Pyramides à Evry, cet atelier (organisé dans le cadre d'un programme de l'Éducation nationale dédié au développement durable) fut l'occasion de concevoir des panneaux d'exposition scientifique sur le vent, de visiter une maison entièrement écologique et de parcourir l'exposition Changer d'Ère à la Cité des sciences et de l'industrie. Sans oublier la réalisation d'éoliennes, sous l'œil avisé de leur parrain scientifique, Michel Grignon, ingénieur de recherche au Laboratoire de mécanique et énergétique de l'université d'Evry. Dans ce but, chaque séance était divisée en deux parties. Dans la première, les jeunes parlaient des phénomènes scientifiques, "et dans la seconde, nous avions pour mission de fabriquer les différentes pièces des éoliennes, résume Joofar, avant d'en tirer des conclusions sur leur fonctionnement, comme si nous étions nous-même des chercheurs."
De la réalisation du mât en bois, à la conception des pales par chauffage de PVC sur gabarit en bois pour leur donner une forme voilée, rien n'a été laissé au hasard. Bilan : deux éoliennes d'un mètre cinquante de haut ont vu le jour. La première pompe de l'eau grâce à une vis d'Archimède, la seconde produit de l'électricité en entraînant un alternateur allumant une diode électroluminescente. Toutes deux ont été exposées en avril 2007 à l'occasion du concours "Faites de la science" à l'université d'Evry. "Une expérience inoubliable, qui nous a appris à présenter nos travaux de manière claire, ce qui n'était pas évident au départ", lance Magali.

Vis d'ArchimèdeLa vis d'Archimède est un dispositif qu'Archimède aurait mis au point lors d'un voyage en Égypte, permettant aux habitants du bord du Nil d'arroser leurs terrains (l'eau est poussée vers le haut par la rotation de la vis).
© Dorling Kindersley Itd./Gallimard Jeunesse, 2004
Ces jeunes scientifiques ont aujourd'hui décidé d'améliorer leur système pour lui permettre de pomper l'eau d'un puits. Mais le problème, lorsqu'on fait tourner la vis d'Archimède, c'est que cette ingénieuse machine ne peut fonctionner dans un puits trop vertical : "l'eau reste toujours à l'endroit le plus bas !", commente Paul. "Quelqu'un a-t-il une autre solution ?", lance Michel Grignon. Les commentaires ne se font pas attendre. "Nous pourrions utiliser un système de poulies entraînant des seaux", propose finalement Joofar. Idée retenue. Aboubacar se précipite alors au tableau pour schématiser, grâce aux conseils de ses camarades, l'engrenage en question. Après concertation, certains s'équipent de compas pour reproduire le dispositif sur une planche de bois que le chercheur se charge de découper. Pendant ce temps, d'autres percent des bouchons en plastique, "qui joueront le rôle de seaux", précisent-ils.

Après deux heures de travail, les différents éléments sont installés sur l'éolienne par Magali et Nina. Elles entraînent les pales à l'aide de ventilateurs afin de vérifier le fonctionnement du nouveau dispositif : "Ca marche !", s'exclament-elles.

Pour Benoît Guenat aussi, l'atelier est un succès. "Nous intéressons les jeunes à la science en partant de problèmes concrets, ce qui permet de les sensibiliser à la question du développement durable. Et aujourd'hui, on peut dire qu'ils sont informés." À lire leurs poèmes sur la pollution, à voir leur poubelle "spéciale piles", et à les entendre parler d'écogestes, d'économie d'énergie et d'avenir meilleur pour leurs futurs enfants, on ne peut que lui donner raison. Ils auront en outre pu apprécier l'intérêt d'une démarche scientifique. Cela s'appelle faire d'une pierre deux coups…

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel