logo Essonne

À l'école de l'ADN

  • Posté le : Mercredi 1 Mars 2006
  • |
  • par : G. Tixier

De l'enfant de 10 ans à l'étudiant de classe préparatoire, les animateurs de l'école de l'ADN s'adressent à tous les publics. Ils savent trouver les mots et les expériences qui permettront à chacun de comprendre les notions simples ou complexes de la biologie. Nous les avons suivis ce mois-ci en Essonne, à Palaiseau, où ils rencontraient des collégiens.

L’Ecole de l’ADNUne animatrice des ateliers de l’Ecole de l’ADN du Généthon (91), avec des classes de collégiens de Palaiseau.
© Généthon

Sur les tables, devant la quinzaine d'élèves de 4e du collège César Franck de Palaiseau, il n'y a ni stylo ni papier. Juste quelques tubes à essai dans lesquels ils vont tenter de faire apparaître leurADN.

Pour les y aider, Jérôme Nicolas et Julie Voisin, deux scientifiques qui parcourent les salles de classes pour faire partager leur passion de la biologie moléculaire et de la génétique. Pas de blouse blanche, pas de cours magistral non plus. Les questions répondent aux questions. Le but de nos médiateurs scientifiques ? Impliquer les élèves, les faire participer à l'atelier dont le contenu doit évoluer en fonction de leurs interrogations. Les notions de base, atomes, molécules, cellules, sont rapidement rappelées avec humour et force exemples empruntés à la vie quotidienne. On apprend avec stupeur que l'ADN, ça se mange, et on identifie les molécules en mettant à contribution les informations nutritionnelles présentes sur tous les emballages : protides, lipides, glucides, mais aussi vitamines et sels minéraux. En les décortiquant encore, on arrive aux atomes, en ne gardant que le H dans H2O, ou le C de CO2… On en profite au passage pour définir ensemble le vivant : ça respire, ça se reproduit, ça se nourrit, ça grandit. Les mots employés sont toujours ceux des jeunes.

Atelier de l'Jeune à l’Ecole de l’ADNSous le microscope, tout s'éclaircit !
© Généthon
Finalement la génétique ce n'est pas sorcier, et le seul moment où nos apprentis biologistes rechignent, c'est lorsqu'il s'agit de cracher dans les tubes à essai. Après avoir fait, un peu, le délicat, chacun des élèves est maintenant en possession de quelques cellules buccales renfermant son propre ADN, qu'il va s'agir d'extraire. Comment ? Les suggestions fusent, pas toutes absurdes. Avec un peu d'aide, les élèves trouvent finalement la recette : un peu de liquide vaisselle pour dissoudre les membranes des cellules, qui comme chacun sait sont faites de graisse, une pincée de sel pour faire flotter notre ADN en changeant la densité de l'eau, et un soupçon d'alcool à 70°C dans lequel il est insoluble pour le rendre visible. Il ne reste plus qu'à retirer l'ADN du tube à l'aide d'une pipette… Après l'expérience les questions abondent. L'occasion d'aborder des sujets plutôt pointus : clonage, thérapie génique, OGM, techniques d'identification… Par des exemples souvent tirés de l'actualité ou du petit écran, nos biologistes se font comprendre sans peine. Une maladie génétique ? La mucoviscidose de Grégory Lemarchal (un chanteur révélé par la Star Academy) ou la myopathie que les enfants connaissent pour avoir participé au Téléthon. Les séries policières sont fortement mises à contribution, et nos élèves doivent même identifier un suspect en comparant son empreinte génétique avec celle d'un autre individu. Au bout d'une heure trente d'atelier, ils repartent avec leurs tubes à essai en souvenir, et après avoir, sans même y penser, abordé des domaines aussi variés que l'économie, la médecine ou la philosophie, en plus de la biologie. Outre de nouvelles connaissances, ils ont aussi découvert plus avant le monde de la science et de ses méthodes, bien loin des clichés d'austérité et d'obscurité qu'on lui prête…

"Expliquer au grand public les avancées de la génétique et de la biologie moléculaire au moyen d'ateliers conduits par des scientifiques de haut niveau : c'est l'idée de base de l'école de l'ADN, née au Muséum de Nîmes en 1998", explique Julie Voisin, responsable des ateliers itinérants de l'école de l'ADN au Généthon. Cette idée a rapidement essaimé pour constituer un véritable réseau francophone des écoles de l'ADN". Il en existe à Angers, Grenoble, Marseille, Poitiers, Paris, mais aussi à Saint-Denis de la Réunion ou au Canada. En Essonne, l'école de l'ADN au Généthon existe depuis octobre 2005 et connaît un franc succès, puisqu'en moins de six mois elle affiche un bilan conséquent : des ateliers suivis par 845 élèves, des journées portes ouvertes qui ont permis de toucher plus de 600 personnes et deux conférences suivies par 150 personnes. Des ateliers plus élaborés sont proposés aux lycéens et aux adultes, qui pourront aller jusqu'à analyser des échantillons d'ADN inconnus et les comparer à des ADN de référence, aborder différents thèmes comme la mutation génétique, l'activité enzymatique, la phylogénie moléculaire… toujours à partir d'expériences et de manipulations.

Pour toute information : École de l'ADN au Généthon
1 bis, rue de l'Internationale – BP 60 – 91002 Evry Cedex
E-mail : ecole-adn(at)genethon.fr Tél. : 01 69 47 11 70

Ressources

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel