logo Essonne

Au CEA, des conférences pour les juniors

  • Posté le : Lundi 21 Juillet 2008
  • |
  • par : G. Tixier

Chaque trimestre, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Saclay organise à l'Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) une conférence gratuite à destination du jeune public. Collégiens et lycéens y viennent, avec ou sans leurs parents, entendre des chercheurs décrire leurs travaux. Les sujets, souvent pointus, sont toujours accessibles et illustrés d’exemples concrets.

MédicamentsLa conférence Cyclope Junior du 17 juin 2008 a permis d'expliquer la pharmacocinétique, ou comment étudier l'effet de l'organisme vivant sur le médicament.
© SXC

Ce mardi 17 juin 2008, 13 millions de Français s'apprêtent à suivre la rencontre France-Italie de l'Euro 2008, tandis que plus de 600 000 lycéens passent leur baccalauréat. Pourtant, ils sont près de 400 à être venus sur le plateau de Saclay, dans l'amphithéâtre de l'Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) pour assister à une conférence sur Le voyage du médicament dans le corps.

Les conférences Cyclope Junior du CEA attirent des auditeurs semblables aux lecteurs de Tintin : des jeunes de 7 à 77 ans, passionnés de sciences et de techniques. D'ailleurs la toute première de ces conférences, en mars 2004, s'attachait aux traces du célèbre reporter de bande dessinée. Intitulée Mais où est donc le temple du Soleil ?, elle proposait une véritable enquête scientifique dans l'univers d'Hergé. Un astrophysicien, Roland Lehoucq, y démêlait le vrai du faux, en profitant au passage pour expliquer le mécanisme des éclipses, les voyages spatiaux ou la véritable nature de l'île mystérieuse... À raison d'une par trimestre scolaire, le mardi soir à 20 heures, ces conférences destinées aux juniors abordent les sujets les plus divers : réchauffement climatique, séismes et tsunami, atome, laser, radioactivité, génétique, réalité virtuelle... À chaque fois un spécialiste se charge de rendre sa discipline accessible au plus grand nombre. Aujourd'hui c'est Éric Ezan, biologiste et directeur du laboratoire d'étude des métabolismes et des médicaments du CEA (LEMM), qui va nous faire découvrir la pharmacocinétique ! Il ne prononcera qu'une seule fois ce mot barbare, pour aussitôt l'expliquer : "La pharmacologie étudie l'effet des médicaments sur le corps. La pharmacocinétique fait l'inverse : elle étudie l'effet de l'organisme vivant sur le médicament." Et nous voilà embarqués pour un voyage d'une heure au cœur du corps humain. Qu'est-ce qu'un médicament ? Comment le fabrique-t-on ? Comment agit-t-il ? Pourquoi prend-t-il diverses formes ?

Conférence Cyclope Junior - INSTN Saclay - juin 2008.Vue d'ensemble de la conférence Cyclope Junior "Le voyage du médicament dans le corps", organisée par le CEA de Saclay et menée par le chercheur Éric Ezan.
© Guillaume Tixier / CG91
Pour répondre à toutes ces questions, le conférencier nous rappelle rapidement ce qu'est une cellule, comment fonctionne le corps humain, décrit le système sanguin, le système nerveux... Son exposé sur l'élaboration des médicaments nous transporte de l'Égypte ancienne aux biotechnologies. Les anecdotes fusent : de l'aspirine, issue de l'écorce du saule depuis l'Antiquité mais commercialisée depuis tout juste un siècle en France, à la découverte de la pénicilline par Alexander Flemming en 1928, en passant par des traitements contre l'hypertension extraits du venin d'une vipère amazonienne... Enfin, avant d'entrer dans le vif du sujet, Éric Ezan, nous décrit le processus de mise sur le marché d'un médicament : entre sa découverte et sa commercialisation s'écoulent entre 12 et 14 années d'études et de tests, pour un coût avoisinant les 700 millions d'euros ! Nous voilà prêts à suivre le périlleux trajet d'un médicament dans le corps. Périlleux car notre organisme lutte contre le médicament, lui opposant de nombreuses barrières et tentant de le détruire. Acide dans l'estomac, enzymes dans le foie, protéines dans le sang sont autant d'obstacles sur le parcours de la gélule, du comprimé ou du sirop, qui finit sa course dans les reins qui se chargent de l'éliminer. À l'intérieur du corps, face à ces multiples "agressions", le médicament se modifie, se transforme, et seule une infime partie réussit atteindre sa cible et à opérer. "Imaginez un quart de comprimé d'aspirine dissout dans une piscine olympique, nous propose l'expert, et vous aurez une idée de la concentration d'un médicament dans l'organisme."

Ces quantités minuscules invitent à bien respecter les posologies. D'ailleurs le conférencier explique que l'efficacité d'un médicament ne dépend pas seulement du dosage mais aussi du respect des intervalles entre les prises, qui permet de maintenir un certain niveau de concentration du produit dans l'organisme. Pour conclure, il rappelle que nous ne sommes pas égaux devant les médicaments : leur efficacité varie pour chaque individu, selon son âge, son poids, son alimentation, son patrimoine génétique... Décidément l'univers de la pharmacie est un univers complexe. Jusque-là restée silencieuse, la salle se ranime. Aux plus jeunes de poser les premières questions. Elles fusent.

- Quand on trouve les médicaments dans la nature, ils sont liquides ? Généralement on les extrait sous forme de poudre blanche, précise le chercheur.

- Je n'ai pas bien compris si c'était bien ou pas que le médicament se transforme dans le corps...
En fait, il faut qu'il se transforme pour agir, pour ne pas rester collé sur des protéines dans le sang par exemple.

- Est-ce vrai que les serpents et les plantes fabriquent des médicaments ? Oui, les végétaux et les animaux sont comme de grosses usines chimiques, qui secrètent des substances "soignantes". D'ailleurs, seules survivent les plantes capables de produire de telles substances, car elles leur permettent de résister aux agressions (microbes notamment).

- Comment le médicament peut devenir toxique ?
Si sa concentration est trop élevée, s'il est présent en quantité trop importante dans les cellules.
.
- Pourquoi l'acide de l'estomac n'enlève pas l'effet des médicaments ?
Les médicaments sont enrobés pour résister, et l'on sait même faire des sirops qui y résistent.

- Est-ce que c'est vrai que les suppositoires sont plus efficaces ?
Non, pas nécessairement...

Visiblement le sujet passionne. Il faut dire qu'il nous concerne tous. Et quand les plus âgés prennent à leur tour la parole, leurs questions trahissent leurs préoccupations : elles portent sur la résistance aux médicaments et l'accoutumance, sur les actions spécifiques d'un traitement particulier...

En sortant de la salle, Antoine, 13 ans, résume pour ses deux frères Rémy, 11 ans et Maxime, 8 ans : "Le médicament entre et se transforme, agit puis est éliminé." Finalement, la pharmacocinétique ce n'est pas si compliqué...

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel