logo Essonne

Des apprentis paysagistes à Chamarande

Le mois de juin, c’est le mois de la fête des jardins ! Les élèves de CE1, CE2 et de la classe d’intégration scolaire de l’école Jean Moulin d’Egly ont pu y participer dès le premier jour.

maquette cle du jardinUn jeune "paysagiste du Roy" réalisant la maquette du jardin de ses rêves.
© Gaëlle Lahoreau/CG 91

Chamarande, un nom qui fait rêver. Alors imaginez son jardin ! Ce matin-là, des élèves de primaire partaient à la découverte des jardins du domaine de Chamarande. Même si la moitié des enfants s'étaient déjà promenés dans le parc, aucun ne l'avait encore vu avec les yeux des scénographes Leslie et Mathilde, ou de la paysagiste Christelle. Suivez les guides !

Première constatation : le jardin de Chamarande marie un style à la française, avec des grandes allées bien droites, et un style anglais, avec des chemins moins larges et sinueux. Deuxième observation : le jardin est constellé de paysages haha, dénommés ainsi parce qu'ils surprennent le promeneur par leur beauté, celui-ci s'exclamant alors "Ha ! Ha !" Vous auriez dû entendre les enfants sur le pont de bois, en contrebas du château, pousser des "Ha ! Ha !" d'admiration à la vue qui s'offrait à eux. Car à Chamarande, on a voulu créer des paysages pittoresques. "Pittoresque, c'est-à-dire suffisamment beau pour être peint sur une toile", précise Mathilde.

Le jardin de Chamarande trouve justement son origine dans la peinture. Comme nous utilisons aujourd'hui des logiciels graphiques pour dessiner de nouvelles constructions, on utilisait au XVIIIe siècle la peinture. "C'est Hubert Robert qui a peint le jardin et Pierre Contant d'Ivry qui l'a réalisé. Car tous les paysages que vous voyez ont été imaginés et créés par l'homme. Là où il y avait avant des marécages, on a fait ici une rivière, là un lac, ailleurs encore une île", explique Mathilde.

Au fil de la promenade, les enfants ont l'autorisation de ramasser tout ce qui leur plaît. "Vous utiliserez cela cet après-midi pour confectionner une maquette !" indique Christelle. Brayanne se retrouve avec un superbe bouquet de tiges, de feuilles et de fleurs. Tandis que Margot garde précieusement dans ses mains trois petits fruits récoltés sur le chemin.

atelier clé du jardin chamarande© Gaëlle Lahoreau/CG 91Après la découverte et l'observation, place à l'action. C'est maintenant aux enfants de devenir des apprentis paysagistes du Roy et d'inventer au crayon, sur des rectangles de carton, le parc de leurs rêves. "Vous allez dessiner votre jardin. Imaginez une vue de dessus, comme un oiseau" explique Leslie. Et ce n'est pas si simple : "À quoi ressemble un arbre vu d'en haut ? Et le château ?" Dessiner un cours d'eau et un pont est beaucoup plus facile, tous les enfants en ont dessinés. Il faut dire qu'ils avaient encore tous en tête la promenade du matin.

Après l'esquisse au crayon, on passe à la réalisation en volume. C'est-à-dire avec des lentilles, du riz, du papier de soie, mais aussi avec les feuilles, les tiges et les fruits ramassés le matin. Guillaume est enchanté : "Je n'avais jamais fait de maquette de ma vie !" Et Nicolas de surenchérir : "C'était mon rêve de faire des maquettes !" En voilà des ravis ! Il faut dire que l'atelier leur laisse une formidable liberté de création. Quelques allumettes serrées les unes contre et les autres et Imat vous dresse un pont de bois. Un peu de colle sur le carton, une poignée de semoule et Bassma vous crée un chemin. Mais pas n'importe quel chemin, un chemin à la française ! Car Bassma a pris son parti : les jardins à la française sont ses préférés "car on sait où on va !" Vincent est du même avis, mais pour une raison beaucoup plus pratique : "Moi, je préfère les jardins à la française, parce que, quand tu es en voiture, tu n'as pas mal au ventre !" Abdelkarim, lui, défend les jardins à l'anglaise car "cela permet de découvrir…" La notion de parcours sinueux a été tout à fait assimilée !

Mais il est déjà l'heure de repartir. Ouf, on a le droit d'emporter sa maquette. Un petit coin de liberté et d'espace serré contre soi. Qui sait, la nuit prochaine, certains enfants s'y promèneront peut-être en rêve ?

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel