logo Essonne

Des lycéens de Corbeil participent à la construction du synchrotron SOLEIL

  • Posté le : Lundi 1 Mars 2004

Les élèves de la classe terminale du BEP Productique-Mécanique du lycée Robert Doisneau, à Corbeil-Essonnes, viennent de relever un défi de grande envergure : ils ont participé à la construction du synchrotron SOLEIL, l'un des projets scientifiques français les plus importants du moment.

Lycéen impliqué dans le projet synchrotronLa section Productique-Mécanique du lycée Robert Doisneau est aujourd'hui l'une des filières "star" de ce lycée technique implanté au cœur de la Cité des Tarterêts.
© Synchrotron SOLEIL

Ils s'appellent Medhi, Steven, Mickael, ou encore Mustapha. Ils ont autour de 18 ans et sont en classe terminale de BEP Productique-Mécanique au lycée technique Robert Doisneau de Corbeil-Essonnes. Avant d'intégrer cette section, ils n'avaient jamais approché une machine à commandes numériques. Ils participent aujourd'hui à la construction d'un des plus grands équipements scientifiques de France : le synchrotron SOLEIL, le centre de recherches sur le rayonnement électromagnétique, qui sera inauguré en 2006 sur le plateau de Saclay.
Synchrotron SOLEIL leur a confié la fabrication de 15 vérins destinés à soutenir et stabiliser les têtes de ligne qui se situent entre "l'anneau de stockage" (dans lequel les électrons tournent) et les "lignes d'expérimentation" (où les chercheurs sont installés pour effectuer leurs expériences).

Un élève en pleine programmationLes élèves ont été pleinement impliqués dans le projet synchrotron Soleil.
© Synchrotron SOLEIL
Les élèves se sont engagés à fournir un travail professionnel. « En général, quand un élève rate une pièce, son seul risque est d'avoir une mauvaise note, explique Albert Molina, le professeur d'enseignement professionnel qui a guidé les élèves, dans les ateliers du lycée). Mais dans le cas des vérins de SOLEIL, les élèves n'ont pas le droit à l'erreur. S'ils ratent une pièce, ils doivent la recommencer ! »
Chaque vérin est composé de neuf pièces, que les élèves ont conçues et fabriquées de A à Z. Ils ont préparé un dossier technique, élaboré les programmes informatiques de commande des machines, puis usiné et contrôlé les pièces. Pour les guider dans leur tâche, des chercheurs du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) sont venus leur présenter le cahier des charges de fabrication et leur fournir la matière première. Ils ont, ensuite, reçu les élèves à Orsay, fait visiter le synchrotron existant (le LURE) et présenté le projet de SOLEIL.
Les élèves ont ensuite élaboré un diaporama présentant le fonctionnement d'un synchrotron et son utilité dans différents domaines de la recherche scientifique. "Chacun d'eux a dû faire des recherches documentaires, synthétiser les informations recueillies lors de la visite du synchrotron, puis rédiger et concevoir sur ordinateur son propre diaporama", explique Nicole Le Minter, professeur de mathématiques et de sciences physique qui a encadré ce travail. Un travail récompensé par le prix du "projet scientifique" lors du concours des Jeunes Créateurs.

Les 15 vérins ont été officiellement livrés le 12 décembre dernier. "En prenant part à la construction d'un des plus grands projets scientifiques de France, les élèves ont compris l'importance de leur métier. La filière mécanique et productique, qui attire peu les jeunes, a pourtant une fonction essentielle. Y compris dans les projets scientifiques. Au plan pédagogique, les élèves ont appris à travailler en groupe, à viser un niveau de qualité professionnel et à prendre la parole en public pour présenter leur travail. Ils ont surtout la fierté de participer à la construction d'un lieu prestigieux et de voir leur travail reconnu et apprécié", affirme Nicole Le Minter.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel