logo Essonne

Des robots dans la ville de demain

  • Posté le : Lundi 15 Décembre 2008
  • |
  • par : S. Delage

Penser l’avenir urbain en donnant une place aux robots. Telle est la tâche à laquelle se sont attelés 40 bénévoles durant une année. Du robot-guide perché sur votre épaule au robot-jardinier délivrant la bonne dose d’eau et d’engrais, les prototypes ont été présentés du 14 au 16 novembre à la Ville européenne des sciences, à Paris.

Stand RobotCité - Ville européenne des sciences 2008Démonstration de la base roulante qui détecte les obstacles, donnée à toutes les équipes afin de les aider à l'élaboration de leur projet robotique (stand RobotCité, Ville européenne des sciences, Grand Palais, novembre 2008).
© planete-sciences.org

À quoi ressemblera la ville de demain ? Répondre à cette question n’est pas seulement l’affaire des industriels ou des grands laboratoires de recherche. Idéalement, tout un chacun devrait avoir son mot à dire. C’est dans cet esprit que l’association Planète Sciences et la Fing (Fondation Internet nouvelle génération), sous la houlette du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ont lancé RobotCité, un défi amical de robotique sur lequel cinq équipes formées d’étudiants ou de bénévoles de Planète Sciences ont planché pendant un an. Ces jeunes ont imaginé l’avenir de la robotique et donné vie à de petits automates qui bouleverseront peut-être un jour notre quotidien. Leurs créations ont été présentées à la Ville européenne des sciences, qui s’est tenue du 14 au 16 novembre dernier au Grand Palais, à Paris. Des équipes pluridisciplinaires venant des domaines de la technique, du design ou des sciences sociales ont relevé le défi. Leur consigne : mener une étude approfondie de la fonction du robot avant de développer la technique. "L’objectif de RobotCité est avant tout une réflexion sur l’usage et l’impact de la robotique dans le monde de demain, explique Romain Degries, responsable du secteur robotique à Planète Sciences. La technique passe au second plan."

Robot EnvirobotcitéLe robot écolo Envirobot, élaboré par les bénévoles de l'association Planète Sciences, sera capable de calculer la juste quantité d'eau et d'engrais qu'il faut pour le développement optimisé d'espèces végétales, sans polluer l'environnement.
© planete-sciences.org
L’une des équipes a inventé un robot "écolo". Rassemblés autour de Nadia Errard, la coordinatrice du projet, huit bénévoles de l’association Planète Sciences issus des mondes de l’environnement, de l’informatique, de l’électronique, de la logistique et de la communication ont imaginé Envirobot, un véritable assistant des citadins jardiniers : il s’adapte aux espèces végétales pour délivrer l’exacte quantité d’eau et d’engrais nécessaire. Il permet ainsi d’économiser de l’eau et de limiter la migration des engrais artificiels vers la nappe phréatique.

L’aventure Envirobot a démarré en mai dernier : "C’était stressant car nous étions très en retard par rapport aux autres équipes, se souvient Nadia Errard. Il nous a fallu trois mois pour peaufiner les fonctions du robot. Par exemple, l’idée d’arroser les plantes en plus de délivrer de l’engrais ne nous est pas venue tout de suite. C’est en discutant du projet avec notre entourage que ça a fait tilt. Puis, il a fallu trouver quels types de minéraux Envirobot doit analyser pour décider de la quantité d’engrais à donner. Après quelques semaines de recherche bibliographique, nous nous sommes centrés sur l’azote, le phosphore et le potassium." À la fin du mois d’août, tout était prêt pour se lancer dans la partie technique. "Nous avions fait des plans très simples, à la main ! raconte Nadia Errard. Et Envirobot ne nous a pas coûté très cher. Les organisateurs de RobotCité nous ont fourni l’ossature du robot, une petite galette sur roulettes de 20 cm de diamètre. Le reste du matériel a coûté moins de 100 euros." Tous les membres de l’équipe se sont retroussés les manches : "L’équipe se retrouvait les mercredis soirs entre 20h et minuit. Beaucoup de week-ends ont également été consacrés à la construction du robot, se rappelle la coordinatrice du projet. Personne n’a laissé tomber."

Bring-Back - Robot d’aide aux personnes à mobilité réduiteBring-Back est un robot conçu pour les personnes à mobilité réduite, par les écoles ISEP et ENSCI. Il pourra, sur simple reconnaissance vocale, aller chercher divers objets dans la maison et les ramener auprès de la personne, en évitant les obstacles.
© planete-sciences.org
Si Envirobot est voué à un service environnemental, les quatre autres équipes de RobotCité proposent de nouvelles finalités : leurs créations ont des missions culturelles et sociales. Ainsi, le robot CRI (Cinéma de rue itinérant), qui marche dans la ville et projette des films sur les façades, crée de l’animation et fait rêver. Le robot Bring-Back, lui, a été pensé comme un compagnon pouvant chercher un objet dans la maison et le ramener en évitant les obstacles. Quant à Yago, c’est un véritable guide touristique accessible partout dans la ville (comme un Vélib), qui, tel un perroquet, se perche sur l’épaule et oriente l’utilisateur vers le monument ou le restaurant de son choix. Autre robot imaginé pour RobotCité : le MEC, un robot réalisant des sondages dans la ville de demain auprès d’humains ou d’autres robots.

Si tous les travaux n’ont pas encore donné vie à des robots finalisés, prêts à s’élancer dans la ville du futur, les bases sont jetées. "C’est la première fois que nous lançons un tel défi, souligne Romain Degries. Nous souhaitons accueillir un plus grand nombre d’équipes dans les prochaines années ou revoir les mêmes projets plus aboutis." Prochain rendez-vous : les 19, 20 et 21 décembre 2008, à la Cité des sciences et de l’industrie, où les mêmes équipes présenteront une version plus aboutie de leurs automates.

CE QU'IL FAUT RETENIR

RobotCité est un projet ouvert à tous dont l’objet est de proposer desrobots adaptés aux villes du futur.

Pas besoin d’être un expert ou un informaticien pour imaginer un robot, une équipe pluridisciplinaire en est capable.

Envirobot est l’un des cinq robots mis au point dans le cadre de RobotCité : à partir d’une plante, il calcule la quantité d’eau etd’engrais qui lui est nécessaire pour vivre sans polluer l’environnement.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel