logo Essonne

Faire entrer les oiseaux au collège

En partenariat avec la Ligue de protection des oiseaux, des élèves d'un collège de 6e ont fait entrer corneilles, pinsons et pics-verts dans la cour du collège… et découvert que même dans un environnement extrêmement bétonné, la biodiversité pouvait exister !

Concours Le concours "Biodivercités", organisé par la LPO, a permis aux élèves de 6ème du collège Albert Camus de découvrir les animaux et plantes qui se trouvaient dans l'enceinte de leur école.
© Sylvie Decître

Il suffit parfois d'un petit espace vert d'une cinquantaine de m² pour réaliser à quel point, même dans un environnement de béton, la biodiversité végétale et animale peut être riche. Des élèves du collège Albert Camus de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) participent ainsi pour la seconde année consécutive au concours "Biodivercités", organisé par la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux).

Nichoirs en argilePour le projet 2006-2007, les élèves ont construit eux-mêmes des nichoirs en argile pour les oiseaux.
© Sylvie Decître
"Il s'agit de montrer aux élèves de 6e qu'ils peuvent trouver toutes sortes d'êtres vivants et de plantes à la porte de chez eux, explique Sylvie Decître, professeur de Sciences de la vie et de la terre (SVT). À la rentrée scolaire de l'année 2005, nous avons donc demandé à ce que, sur un petit espace d'une trentaine de mètres carrés, dans la cour du collège, l'herbe ne soit pas coupée et que, sur une autre partie la terre, soit retournée. Puis nous y avons semé des graines de tournesol pour attirer les oiseaux, et des graines de différentes fleurs pour attirer les papillons... Les élèves ont également construit des nichoirs en bois… Et le miracle s'est produit !"

Rapidement, des escargots, des coccinelles, différentes espèces d'insectes (bourdons, charançons, etc.), de papillons (piéride, mégère, demi-deuil), d'oiseaux (étourneaux, rouges-queues, rouges-gorges, pinsons, pics-verts), faisaient leur apparition dans la cour du collège. "On a même vu des abeilles solitaires venir nicher dans les trous d'évacuation des murs de l'établissement", commente Sylvie Decître. "Les élèves ont été très surpris car ils étaient persuadés qu'en ville, en dehors des pigeons, aucune espèce ne survivait !"

Des échanges avec la LPO ont lieu régulièrement. Les élèves envoient pour expertise un cocon, qui se révélera être un cocon d'araignée. De son côté, la LPO fait intervenir deux naturalistes et prête du matériel (loupes, jumelles) pour observer les insectes et autres animaux du sol (collemboles, acariens, cloportes), et pour identifier les espèces d'oiseaux qui survolent la cour.
À la fin de l'année, les enfants préparent une présentation d'une dizaine de minutes et restituent les résultats de leur inventaire : près d'une trentaine d'espèces animales et une vingtaine d'espèces végétales (du bouton d'or au géranium, en passant par la luzerne et le pissenlit) ont été recensées sur ce petit lopin de terre ! Devant un jury comprenant des membres de la LPO et du Conseil général de Seine-Saint-Denis, ils remportent le premier prix du concours "Biodivercités" : un appareil photo numérique et une imprimante. "Surtout, ils ont compris que les plantes ne poussent pas n'importe quand, dans n'importe quelles conditions. Ils ont saisi l'intérêt de ne pas utiliser des insecticides, de laisser l'herbe haute dans certaines zones et basse dans d'autres, ils ont réalisé qu'une pelouse tondue à 2 centimètres était un désert…" Autant d'informations basiques, mais pas évidentes pour des enfants qui n'ont guère de contact avec la terre.

À la rentrée 2006, le collège décidait de participer cette année encore au concours. Cette fois, les nichoirs sont construits en argile, ce qui permet aux élèves de les réaliser de A à Z (pour des raisons de sécurité, ils n'avaient pu utiliser les scies et marteaux nécessaires à la construction des nichoirs en bois). Différentes espèces végétales seront plantées, qui devraient attirer d'autres espèces d'insectes et de papillons. À la fin de l'année, le nombre d'animaux vivant au collège, ou survolant sa cour, pourrait avoir doublé !

Ressources

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel