logo Essonne

Graines d'agronomes dans une serre de l'INRA

  • Posté le : Lundi 4 Mai 2009
  • |
  • par : G. Tixier

Le centre Versailles-Grignon de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) accueille régulièrement des groupes scolaires au sein d'une serre pédagogique. Visite de cet espace imposant avec une classe de CM1 venue des Yvelines.

Elèves de Maurepas – Atelier pédagogique - Serre Inra© Guillaume Tixier / Canopy / Banque des savoirs

En novembre, ils ont planté du blé. En janvier, ils ont fait germer des lentilles. En mars, ils ont écrasé le grain pour faire de la farine. Et en avril, ils ont scruté des feuilles de choux… La trentaine d’élèves de Maurepas (Yvelines) a multiplié les expériences sur les plantes tout au long de l’année.   Tout a commencé par une visite de scientifiques du centre INRA de Versailles-Grignon dans une classe de CM1 de l’école Malmedonne située à Maurepas (78). Les agronomes ont remis aux enfants des graines de blé que ceux-ci ont semées en ligne sur une parcelle de l’école. En attendant que le blé pousse, enfants et chercheurs se sont revus, ont parlé d’agriculture, d’alimentation et de germination.

Les cultivateurs en herbe sont ensuite passés à la pratique en déposant des lentilles dans du coton humide pour les faire germer. À l’école comme à la maison, ils ont placé leurs trésors sur des rebords de fenêtre, armoires, tiroirs du frigidaire, dans la cour de l’école et même, au fond de l’eau ! S’inspirant de l’état d’esprit et de la démarche scientifique, ils ont alors observé et noté leurs résultats.  Ce 9 avril, ils visitent la serre-exposition du centre Versailles-Grignon de l’INRA. Le splendide bâtiment datant des années trente a été restauré en 2005. Il est constitué de deux salles de part et d’autre d’un hall d’accueil. L’une est remplie de plantes et de posters pédagogiques, l’autre est un laboratoire avec ses paillasses carrelées et ses loupes binoculaires…
Elèves de Maurepas – Atelier pédagogique - Serre Inra 2 © Guillaume Tixier / Canopy / Banque des savoirsDans l’aile droite, la diversité des plantes n’est qu’illusion. Colza, cresson, radis, arabette des dames font tous partie de la même famille, celle des brassicacées, aussi appelées crucifères en raison de leurs fleurs dont les pétales sont disposés en croix. Illustres représentants de cette famille nombreuse : les choux. Alignés le long de la paroi de la serre, ils exhibent leur grande variété : choux-fleurs, choux de Bruxelles, choux frisés ou pommés, choux ornementaux colorés. Les bouts de choux de Maurepas découvrent avec stupeur qu’en plus des feuilles (chou frisé ou cresson), ils mangent parfois des fleurs (choux-fleurs ou brocolis), voire des bourgeons (choux de Bruxelles) ou même des racines (radis ou navets).

À l’entrée de la serre, deux plants de cresson leur permettent de réviser quelques notions. Le plant de droite est minuscule, celui de gauche très développé. Catherine Foucaud, l’une des biologistes de l’INRA qui les encadre, demande aux élèves ce qui a pu provoquer cette différence de taille. Chaleur, lumière, eau, … les explications fusent, aussitôt écartées : la température est la même pour les deux plants, une même lampe les éclaire, et, invitant les enfants à soulever les bacs, les deux plants trempent dans l’eau. Jomalhia, 9 ans, note immédiatement que dans le bac où la plante s’est le plus développée, le liquide est légèrement coloré. Ceci expliquerait-il cela ? "Peut-être y a-t-il de la nourriture et de l’eau ? " suggère-t-elle. La biologiste le reconnaît aussitôt : la plante qui a le mieux poussé a bénéficié d’une solution nutritive. 

Dans la pièce voisine, le reste de la classe s’interroge également sur l’alimentation des plantes. Si tous les élèves savent qu’une plante a besoin d’eau, ils sont plus partagés sur la manière dont celle-ci "boit". Elèves de Maurepas – Atelier pédagogique - Serre Inra 3 © Guillaume Tixier / Canopy / Banque des savoirsSerge Grégoire, le biologiste animateur, oriente habilement leurs questions jusqu’à ce qu’ils proposent eux-mêmes une expérience : "On pourrait couper la tige en deux et regarder s’il y a de l’eau ? " finit par suggérer Élise. Le chercheur découpe aussitôt au scalpel des rondelles du pétiole d’une feuille de chou et les place sur des lamelles de verre. Munis de loupes binoculaires, les enfants observent les coupes, remplies de liquide…

Une deuxième expérience s’impose pour vérifier que ce qu’ils voient est bien de l’eau. Comment faire ? "On pourrait mettre du colorant," propose Wakil, 8 ans. Aussitôt dit, aussitôt fait. Cette fois, les lamelles sont réalisées à partir d’une feuille de chou trempée dans de l’eau teintée d’encre. Sous les loupes, ce qui était vert a viré au bleu. Les élèves comprennent que l’eau circule dans les plantes à travers de petits vaisseaux visibles à la loupe.   Hélas, il est déjà temps de rentrer. La classe de CM1 de Maurepas retrouvera les chercheurs en mai, autour du blé en fleur de son école. Le cycle d’apprentissage se terminera par la visite d’une boulangerie, petite surprise concoctée par la maîtresse. Ainsi, en une année, les écoliers auront suivi la graine de blé de sa germination à sa transformation en pain.  

A RETENIR

Pour mettre en place un atelier scolaire ou visiter cette serre, consultez le Guide des activités scientifiques : La Serre-expo, l'aventure humaine des plantes cultivées

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel