logo Essonne

Improbable Research : apprendre en riant

  • Posté le : Lundi 6 Septembre 2010
  • |
  • par : M. Cygler

Un magazine, un site web regorgeant d'actualités mais surtout les Ig Nobel... Voici les outils du projet Improbable Research. Portée par une poignée de doux dingues, l'association Improbable Research promeut les recherches scientifiques cocasses et étranges. Le succès est au rendez-vous.

Elena Bodner, lauréate de l’Ig Nobel Elena Bodner, lauréate de l’Ig Nobel de la santé publique pour l’invention d’un soutien-gorge convertible en masque à gaz.
© Alexey Eliseev / Annals of Improbable Research

L’homme nage à la même vitesse dans du sirop et dans de l'eau. L’effet placebo dépend du prix de vente. Une amibe est capable de sortir d’un labyrinthe par le plus court chemin. Absurde, non ? Ces résultats sont pourtant le fruit de réflexions et d'années de labeur de la part de scientifiques de haut niveau. Ils ont été publiés dans des revues scientifiques de renom : pour l'amibe par exemple, il s'agit de la fameuse revue Nature, quant à l'expérience avec la piscine remplie de sirop, elle a été relatée dans American Institute of chemical engineers journal. La spécificité d'Improbable Research : mettre un coup de projecteur sur ces recherches grâce à une revue bimestrielle : Annals of Improbable Research (Les Annales de la recherche improbable).

Logo Improbable researchLogo des Ig Nobel, cérémonie créée en 1991.
© Annals of Improbable Research.
Scientifique et humoristique, cette revue répertorie des actualités scientifiques qui passent souvent inaperçue du grand public car peu reprises par la presse généraliste. Tout a commencé en 1991, alors que l’éditeur actuel, Marc Abrahams, publiait un magazine scientifique "très sérieux". "Je rencontrais des gens qui faisaient des recherches étranges et drôles. Il fallait que quelqu'un leur donne une forme de reconnaissance," se souvient Marc Abrahams. Depuis, la revue s’accompagne chaque année d’un prix pas comme les autres, les Ig Nobel, à prononcer Ig-No-Baul (ignoble en anglais). Avec un but : faire rire, puis faire réfléchir.

Rire puis réfléchir

"Pour nous, la meilleure façon de susciter la curiosité est le rire. Et quand quelque chose nous amuse, on s'en souvient mieux, explique Marc Abrahams, la cinquantaine joyeuse. Nous ne voulons pas diriger les lecteurs en disant que telle ou telle recherche est bonne ou pas, comme le font les autres magazines de sciences, mais seulement faire une description objective de la recherche," ajoute-t-il.
Le support ? Des articles, des Ig Nobel et des vidéos très distrayantes. Assez distrayantes pour qu’on puisse craindre que la forme prenne le pas sur le fond. "Si certains s'arrêtent à la dimension cocasse, ce n'est pas grave. Au moins, ils se seront amusés," rétorque l'ancien mathématicien. Après tout, la ligne directrice de l’association est de laisser chacun penser par lui-même. Ainsi, le responsable du bureau européen d'Improbable Research, Kees Moeliker, également conservateur au Muséum d'histoire naturelle de Rotterdam, donne un exemple qui le touche : l’Ig Nobel de médecine vétérinaire qui a distingué cette année une recherche, publiée initialement dans Anthropozoologica, une revue qui recense des articles sur les rapports entre humains et animaux. Le recherche conclue que les vaches possédant un petit nom produisent davantage de lait que celles qui n’en ont pas. "Ces travaux permettent de réfléchir aux comportements que nous adoptons vis-à-vis des animaux. Ils rappellent que les humains ont un véritable intérêt à bien traiter un animal," explique-t-il.

Un succès grandissant pour les Ig Nobel

Les Ig Nobel ont le vent en poupe. Chaque année, ils sont presque aussi attendus que les vrais prix Nobel. Ils sont décernés à la même période dans un théâtre au cœur de la prestigieuse université de Harvard, en présence de lauréats de vrais prix Nobel qui se prêtent au jeu avec entrain. "Nous décernons dix prix, mais la sélection est rude : 6 000 à 7 000 publications nous sont soumises," rappelle Kees Moeliker. Selon lui, l'engouement pour les Ig Nobel est tel que des chercheurs écrivent eux-mêmes pour postuler afin de recevoir un prix. Autre signe d'enthousiasme : la fréquentation du site - 10 000 clics quotidiens en temps normal -, explose au moment de la remise des prix en octobre.
Ces prix si convoités reprennent les sections de leurs grands frères. Petit florilège des récompenses du cru 2009 : le soutien-gorge convertible en masque (Ig Nobel de santé publique), la fabrication de diamants à partir de téquila (Ig Nobel de chimie), et enfin la recherche qui a démontré que se faire frapper par une bouteille de bière pleine fait moins mal qu'une bouteille vide (Ig Nobel de la paix).

La recherche française "Ig nobélisée"

Faux billet de banque du Zimbabwe - Ig NobelIg Nobel de mathématiques : la Banque centrale du Zimbabwe a fait imprimer des billets de banque allant de un centime à cent mille milliards de dollars pour faciliter la manipulation des grosses sommes et l’apprentissage  des grands nombres.
© Alexey Eliseev / Annals of Improbable Research
"La France nous fournit d'excellents lauréats pour les Ig Nobel. Les chercheurs y sont particulièrement inventifs et ont un très bon sens de l'humour," note Kees Moeliker. Des exemples ? En 2006, deux physiciens français s'étaient distingués en montrant pourquoi les spaghettis secs se cassaient toujours en plusieurs morceaux. En 2008, Marie-Christine Cadiergues a reçu l'Ig Nobel de biologie pour avoir montré que la puce du chat sautait moins haut que celle du chien. Au départ, cette chercheuse de l'École vétérinaire de Toulouse cherchait à comprendre pourquoi la puce du chien était en voie de disparition. Pour ce faire, elle a étudié la biologie des deux puces. Un de ses articles sur le sujet, publié dans Veterinary Parasitology en octobre 2000, a été sélectionné par le comité des Ig Nobels, : "J'ai été très honorée de recevoir un prix et j'ai reçu beaucoup d'e-mails de félicitations de la part de la communauté scientifique et de l'université, certains ironiques, d'autres sincères," se souvient Marie-Christine Cadiergues qui "adhère tout à fait à cette façon de promouvoir la recherche." L’association peut compter une fan de plus !

A vos agendas !

La prochaine cérémonie de remise des prix Ig Nobels aura lieu le 30 septembre : http://improbable.com/ig/2010/

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel