logo Essonne

Nanoyou : immersion au coeur de l'infiniment petit

  • Posté le : Lundi 20 Septembre 2010
  • |
  • par : S. Anheim

Des séjours où se rencontrent jeunes et experts en nanosciences : c'est ce qu'organise le Centre de culture scientifique, technique et industrielle de Grenoble.

Site Nano You

Venir s’isoler dans la montagne pour discuter des technologies du futur. Drôle d’idée... C’est celle que partagent 18 jeunes d’horizons très variés. Agés de 18 à 25 ans, ils ont été invités à Rencurel, dans le massif du Vercors, le temps d’un week-end.
Leur mission : réfléchir au rôle que joueront les nanotechnologies dans la ville de demain, puis concevoir et réaliser un clip vidéo par équipe de 3. Présents sur place, ingénieurs, chercheurs en informatique, sociologues, mais aussi un architecte, un danseur-chorégraphe, un anthropologue et une designer ont échangé avec eux. Une démarche surprenante initiée par le Centre de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI) de Grenoble dans le cadre du projet européen Nanoyou.
Lancé en avril 2009 pour 2 ans et rassemblant 7 pays européens, le programme Communicating NANOtechnology to European YOUth (Nanoyou) s’adresse aux jeunes pour les impliquer dans des enjeux liés aux nanotechnologies. Financé par la Commission Européenne, le projet propose des activités sur les thématiques de la santé, de l’énergie, de l’environnement, et des technologies de l’information et de la communication. Les 11-17 ans sont sensibilisés dans les écoles, tandis que les 18-25 ans peuvent participer à des programmes mis en place par des centres scientifiques tel le CCSTI de Grenoble.

Inverser l’approche

Des chercheurs du Centre de nanotechnologie biomédicaleDes chercheurs du Centre de nanotechnologie biomédicale à l’Hopital de la Charité de Berlin (Allemagne). Ils travaillent sur le traitement des tumeurs cérébrales (sur l’écran d’ordinateur). La méthode consiste à injecter dans la tête du patient des nanoparticules qui ciblent la tumeur.


© Rodolphe Escher / LookatSciences"Pour ce séjour, l’objectif était d’obtenir des films qui vont plus loin que les idées reçues et d’approfondir de nouvelles visions sur l’utilisation quotidienne dans le futur de ces objets et techniques", explique le directeur du CCSTI, Laurent Chicoineau.
Les “nanos” : elles émerveillent des milliers de chercheurs à travers le monde qui analysent actuellement ce qu’elles peuvent nous apporter. Tout comme elles inquiètent une partie du public, concernée par les dangers potentiels pour l’environnement et la santé. Les nanotechnologies ont déjà pénétré  le monde médical, industriel ou cosmétique, même si leurs applications restent encore au stade de la recherche et développement.

"Cette expérience à Rencurel nous a offert la possibilité de réfléchir aux nanotechnologies tout en passant un week-end inoubliable !", raconte enthousiaste, Charlotte Carreno, élève à l’Institut de la communication et des médias d’Echirolles (en Isère, au sud de Grenoble). Un sentiment partagé par Héloïse Benoit, alors étudiante en design à Reims :"Je me posais pas mal de questions sur les nouvelles technologies, mais n’imaginais pas qu’elles pouvaient aller si loin. Ça a été très instructif et je peux aujourd’hui en parler autour de moi".
L’objectif de cet échange était d’inverser l’approche pédagogique habituelle, consistant à organiser une exposition sur un thème avant d’en débattre. Ici, tout a commencé par des ateliers et des discussions pour aboutir à une production finale. "Cela permet aux jeunes d’interpréter et d’avoir une vision analytique de leur travail, note Céline Verchère, scientifique au CEA de Grenoble. C’est aussi une opportunité d’étudier comment se cristallisent des représentations autour des nanotechnologies."

Un projet citoyen

Plateforme technologique de l'ITAVPlateforme technologique de l'ITAV (Institut des Technologies Avancées en sciences du Vivant). Les travaux de recherche de ce groupe portent sur des nanosystèmes dont la taille n’est que de quelques nanomètres. 
© Patrick Dumas / LookatSciences
Les meilleurs films seront présentés au public dans le cadre de l’exposition "Futurs en kit" organisée à Grenoble en octobre 2010 sur la question "les nanotechnologies rendent-elles la planète plus durable ?", puis à Paris en avril 2011, avant de circuler à travers l’Europe. A chaque occasion, des scientifiques seront présents et participeront aux débats.
"C’est un moyen d’impliquer concrètement les jeunes : ils font des propositions et les scientifiques réagissent. Ca marche très bien !, se félicite Laurent Chicoineau. Des citoyens sont ainsi confrontés à un sujet. Ils s’en emparent, et apportent leur point de vue. Ici, jeunes et scientifiques interagissent véritablement. Pour les premiers, l’approche pédagogique habituelle est cassée, l’expression libérée, le savoir n’est plus synonyme d’autorité et pour les seconds, leur sujet d’étude se voit éclairé d’un regard neuf et différent ". Un bel exemple d’apport mutuel !

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel