logo Essonne

Quand l'océan rentre à l'école...

  • Posté le : Lundi 3 Décembre 2007
  • |
  • par : G. Tixier

Cette année des élèves de l’école Hélène Sandré à Étiolles, vont traverser l’Atlantique, plonger au fond des océans et voyager dans l’espace... sans quitter leur salle de classe. Argonautica est un projet éducatif du CNES, qui initie les élèves du primaire et du secondaire à l’océanographie en leur permettant de suivre les parcours de navigateurs ou de réaliser en classe des expériences pédagogiques.

Expérience sur la salinité de l'eauLes élèves dessinent le schéma de l’expérience qu’ils viennent de réaliser. En ajoutant du sel et du colorant alimentaire dans la bouteille de droite, ils ont créé un courant qui sépare l’eau douce de l’eau salée. Cette dernière s'accumule au fond de la bouteille.
© Guillaume Tixier / CG91

Sur la porte d'entrée de la classe de CM2 de l'école Hélène Sandré, à Étiolles, en Essonne, une bouée invite à l'embarquement immédiat : "Bienvenue à bord". Aux murs de la classe les dessins des enfants représentent un voilier fendant les vagues, tandis que dans le coin du fond des panneaux multicolores décryptent le vocabulaire marin et présentent le parcours de Véronique Loisel. En effet, cette navigatrice et ingénieure d'Arianespace vient de traverser l'Atlantique en solitaire, de La Rochelle à San Salvador de Bahia (Brésil), en partenariat avec un projet ArgoNAUTE* dont le premier volet est intitulé "de l'espace pour la mer". Et, la vingtaine de moussaillons de la classe de Nathalie Galet a suivi chaque étape de sa course, en profitant au passage pour réviser géographie et sciences de la terre. De la mer plutôt.

Logo Argonautica© CNESAinsi, pour les aider à approfondir leurs connaissances, ils reçoivent, ce lundi 26 novembre 2007, des animateurs de Planète Sciences, qui vont les mettre bien au courant ! Armés de seaux, cuvettes, bassines, et bouteilles en plastique, Muriel et Vivien vont faire découvrir aux jeunes élèves l'origine des courants océaniques. Mais pour avoir suivi la traversée de la navigatrice, ceux-ci ont déjà une bonne idée de "comment ça marche dans la mer"... Quand Muriel leur demande ce qui à leur avis peut créer les courants, les réponses fusent : le vent, les éruptions volcaniques, la lune, la neige qui fond, les animaux marins, les bateaux, la température de l'eau... Les animateurs notent toutes les réponses au tableau, puis expliquent : "En fait, on compte cinq "moteurs" de l'océan : le vent qui fait les vagues, la Lune et le Soleil qui provoquent les marées, la température de l'eau, la Terre qui tourne sur elle-même et le sel. On va maintenant faire des expériences pour comprendre comment ça marche"...

Les élèves se répartissent en petits groupes. Un "carnet de route" leur permet de se familiariser avec la démarche expérimentale : il y a le protocole à suivre, qui explique les étapes de l'expérience, un schéma à dessiner, des observations à faire et des conclusions à tirer. Dans le premier groupe, il s'agit de souffler sur des billes de polystyrène dans un seau rempli d'eau, pour comprendre la force du vent. Dans un deuxième, on immerge un œuf dans un récipient d'eau salée, que l'on fait ensuite tourner sur lui-même pour mimer la rotation de la Terre. Un troisième groupe dépose des gouttes de colorant vert puis rouge dans un aquarium dont un côté est chauffé par une résistance électrique et l'autre refroidi par des sachets de glaçons... Le but ? Étudier l'influence de la température de l'eau sur les courants. Un dernier groupe rajoute du sel et du colorant alimentaire dans une bouteille en plastique reliée à une autre par des tuyaux et des robinets : la salinité de l'eau est ici l'objet de toute son attention...

Expérience d'immersion des petites balises dans l'eauUne fois les balises confectionnées, il ne reste plus qu’à les immerger dans l’aquarium qui a servi à faire des expériences sur l'influence de température de l’eau sur les courants. Et, ces balises clignotantes flottent !
© Guillaume Tixier / CG91
Lorsque tous ont terminé, un ou deux membres de chaque groupe vient au tableau faire part à l'ensemble de la classe de son expérience et de ses conclusions. Chacun a pu vérifier le fonctionnement des moteurs de l'océan et générer, dans son récipient, un courant marin ! Ce sont les animateurs qui, avec un seau en plastique et un ballon de volley-ball représentant la Lune, expliquent le phénomène des marées. Dans leur enthousiasme, ils provoquent une grande marée qui inonde le sol de la salle de classe et déclenche l'hilarité générale. Mais la matinée de nos océanographes d'eau douce n'est pas terminée...

La prochaine étape va consister à fabriquer une balise. "Vous savez comment ça fonctionne ?", questionne l'animatrice. Les enfants, qui ont suivi la navigatrice grâce aux balises, répondent d'une seule voix : "Ça envoie des signaux à un satellite qui envoie un signal sur la Terre qui nous donne l'information sur Internet". Voilà une classe particulièrement douée ! Par groupe de deux, les élèves s'attaquent maintenant à la confection d'une maquette de balise : une boîte de pellicule photo, deux piles, une diode, un peu de coton et de polystyrène, et le tour est joué. Il n'y a plus qu'à faire flotter ces bouées clignotantes dans l'aquarium...

Nos chercheurs de 10 ans ne sont toutefois pas au bout de leur traversée des océans. Toute l'année la mer sera leur sujet d'études, et les balises Argonautica mèneront les enfants d'Étiolles jusqu'aux étoiles. Prochain rendez-vous : le 11 décembre 2007 au Génopole d'Evry, où ils rencontreront enfin Véronique Loisel, mais aussi la spationaute Claudie Haigneré, pour parler des conditions de vie en milieux extrêmes (alimentation, sommeil,...) !


* "De l'Espace pour la mer" est la première phase du projet ArgoNAUTE d'Argonautica, centré sur les conditions de vie des hommes en milieux extrêmes. La seconde partie sera le suivi de la mission de l'astronaute français Léopold Eyharts qui va rejoindre la Station Internationale (ISS) début décembre pour installer le laboratoire européen Columbus . La troisième partie devrait concerner un explorateur au pôle.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel