logo Essonne

Un lycéen dans la peau d’un chercheur

  • Posté le : Lundi 10 Octobre 2011
  • |
  • par : S. Bouvard

"Tous chercheurs" ! Cette association marseillaise permet à des lycéens issus quartiers difficiles de se familiariser avec les filières scientifiques universitaires. Un avant goût de ce que pourra être leur univers post-bac.

Discussion préalableAvant de commencer, petite discussion sur le déroulé des évènements.
© Lycée Saint-Exupéry - Marseille

Les lycéens, blouses blanches, posent fièrement avec sur le cœur le logo de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), et la déclaration Tous chercheurs d’une omoplate à l’autre. Derrière eux, sur les étagères, un véritable arsenal de laboratoire. Ce sont les instruments qu’ils ont manipulés durant trois jours : boîtes de Pétri et micropipettes automatiques, centrifugeuses, nécessaire à électrophorèse, microscopes etc. Leur lycée, Saint-Exupéry ou Denis Diderot, se trouvent dans les quartiers nord de Marseille, classés en Zone d’Éducation Prioritaire (ZEP). Ils sont en 1ère ou en terminale S, désignés par leur professeur de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) pour participer à une grande aventure : "Travailler comme des chercheurs, encadrés par des chercheurs." Et ainsi mieux connaître les filières d’orientation en sciences et se familiariser avec l’université. Hiba, en 1ère S2, poursuivra sans hésitation le projet en terminale : "J’ai tellement pris conscience de l’importance de la science dans ma vie d’élève et de la chance qu’on m’offrait. Être désigné "apprenti chercheur", et cette inscription sur notre blouse, "Tous chercheurs", c’est comme un rêve."

Un projet sur mesure

Dans ces quartiers nord de Marseille, où le chômage et ses conséquences pèsent lourd, peu d’élèves s’engagent dans les filières scientifiques. "Ils s’en font l’idée d’une voie royale et en méconnaissent les rouages", constate Laurence Varjabétian, professeure agrégée de SVT. En 2004, sa route croise celle de Constance Hammond, directrice de recherche à l’Inserm, et présidente de l'association Tous chercheurs (http://www.touschercheurs.fr/). "Mon envie, dit Constance Hammond, est d’accompagner le citoyen à poser un regard critique sur les sciences." Ensemble, et avec l’aide de Françoise Long, responsable du Service Universitaire d’Information et d’Orientation de la faculté de Luminy, elles ont monté un projet sur mesure pour ces élèves de ZEP. Baptisé Hippocampe S, pour Initiation au Projet Professionnel par l'Orientation active sur un Campus Scientifique, il se déroule sur deux ans, de la 1ère à la terminale S. Chaque année scolaire, 7 jours y sont consacrés, avec un suivi en amont et en aval.  
Elèves laborantinsRadhia, Cindy, Yacine, Faouzi et Wahiba, tous élèves de TS au Lycée St Exupéry. Ici, au laboratoire de l'INMED.


© Lycée Saint-Exupéry - Marseille

Lycéens et déjà étudiants

Voici donc les lycéens projetés dans un univers post-bac, sur le campus de la faculté des sciences de Luminy, au cœur du Parc National des Calanques. L’Institut de neurobiologie de la Méditerranée (Inmed), un institut de recherche mixte Inserm et Université de la Méditerranée, met à leur disposition deux laboratoires. Ils sont épaulés par des étudiants en thèse.

"Tous chercheurs"

Association loi 1901, Tous chercheurs a été créée par des scientifiques désireux d’initier un large public à l’observation et à la démarche scientifique. L’association  propose notamment des stages d’expérimentation en biologie. Les participants bénéficient d’un encadrement par des chercheurs qui les guident dans toutes les étapes de leur travail : observation, questionnement, hypothèse, expérimentation, discussion et présentation des résultats.

Les terminales S de Saint-Exupéry se mettent dans le bain en visionnant un film sur la rencontre de deux types de cellules immunitaires. Jean Thimonier, ingénieur détaché par l’Inserm et responsable du pôle scolaire à Tous chercheurs, se charge de faire émerger des questionnements. Avec l’idée d’aboutir à la formulation d’hypothèses de travail et l’élaboration de quatre projets de recherche miniature, un par groupe.
Les axes de travail sont conséquents... Par exemple : "Que se passe-t-il lors de la présentation d’un antigène par un lymphocyte B à un lymphocyte T4 ? " Les protocoles imaginés par les élèves sont ensuite présentés à Tous chercheurs, affinés, et le travail est réparti. Au final chaque groupe présente un diaporama numérique de ses travaux expérimentaux. L’occasion de discussions et réflexions critiques, de nouvelles questions.
En parallèle, les élèves visitent le campus, assistent à des cours, des travaux pratiques, rencontrent des professionnels, réalisent des dossiers. La rédaction de posters de synthèse en anglais, et la restitution orale de leurs recherches aux lycéens, étudiants en licence et enseignants-chercheurs clôturent le programme. Difficile alors de quitter les lieux. Curiosité et imagination stimulées, ils ont œuvré en équipe, pris confiance en eux. "Dans l’ensemble, ils ont joué le jeu, et ce n’est pas forcément le plus doué ou le plus extraverti qui s’est distingué", conclut Jean Thimonier.

Duo d'élèves laborantinsYacine et Faouzi, très concentrés...
© Lycée Saint-Exupéry - Marseille

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel