logo Essonne

Un récif dans la bibliothèque...

  • Posté le : Lundi 25 Février 2008
  • |
  • par : G. Tixier

Au lycée Montesquieu du Plessis-Robinson, deux fois par semaine un petit groupe d’élèves fait des heures supplémentaires à la bibliothèque. Dans un aquarium d’eau de mer, ils élèvent coraux, poissons exotiques et invertébrés... Leur but ? Reconstituer l’habitat marin tropical, étudier la vie sous-marine, et remporter la prochaine édition du concours "Faites de la science"

Du calcium pour nourrir les corauxPierre verse une solution de calcium pour nourrir les coraux : le geste est délicat car la solution doit se diffuser uniformément dans tout l’aquarium.
© G. Tixier/CG 91

Face à l'entrée, trônant entre les ordinateurs et des rayonnages de livres, ce bac de 400 litres d'eau de mer est la pièce maîtresse du centre de documentation et d'information du lycée Montesquieu. Tandis que Maxime Duez, professeur de sciences physiques et aquariophile amateur à l'origine de ce projet, en retrace les grandes lignes, quelques élèves de terminale S s'affairent autour du bac dans lequel ils effectuent des prélèvements d'eau. Deux poissons clowns, surnommés "les Némo", surveillent leurs gestes, se dissimulant derrière les rochers surmontés de coraux.

Aquarium scolaireSous l’aquarium on découvre son imposant système de filtration et notamment, à droite, le précieux écumeur qui purifie l’eau.  
© G. Tixier/CG 91
À côté de l'aquarium, une élève de seconde recherche sur Internet des informations sur ses habitants afin de réaliser des fiches. Charlotte me présente le petit peuple sous-marin sur lequel elle se renseigne : "Paracanthurus hepatus, Zebrasoma flavescens... " Devant mon air interloqué, elle consent à me parler français : "Un chirurgien bleu qu'on a appelé Doris, un jaune baptisé Banjo, nos deux Némo, des poissons demoiselles, deux gobies dont un gobie de feu, des crevettes très timides, deux étoiles de mer enfouies sous le sable corallien importé d'Hawaï, une colonie d'escargots qui vient de se reproduire largement et quelques Bernard-l'hermite... " Pour les coraux, je n'échapperai pas aux langues mortes : Acropora, Montipora, Euphylia, Stylophora et Sériatopora portent haut les couleurs des coraux durs (jaune, violet, vert, marron et même rose fluo), tandis que les coraux mous sont représentés par un xénia, un sarcophyton et une gorgone...

Pour cohabiter sans dommage, tout ce petit monde nécessite les soins attentionnés des élèves qui se sont portés volontaires. L'éclairage, la température de l'eau (entre 24 et 27 °C selon la saison), sa composition précise, son agitation, sa filtration, sa densité, son évaporation... autant de paramètres qu'il faut minutieusement mesurer et contrôler. Chaque semaine, les élèves prennent donc une série de mesures, effectuent des prélèvements et des tests, rajoutent des composants chimiques indispensables à la vie : calcium, carbonates, iode... La nourriture des poissons est distribuée automatiquement, les jeunes aquariophiles peuvent donc se concentrer sur les propriétés chimiques du milieu lui-même. Rapidement, ils se sont emparés du projet : ils font les analyses, les calculs, les dosages et les manipulations eux-mêmes, les enseignants se contentant de valider les résultats dont les élèves ne sont pas certains. Christophe, qui ajoute délicatement une solution de calcium (CaCl2) dans l'eau du bac me précise "qu'il faut verser très doucement pour que la solution se diffuse dans tout l'aquarium de manière homogène. Le calcium est indispensable à la croissance des coraux."

La dizaine de coraux présents dans le bac semble apprécier le régime : introduits pour la plupart à la rentrée scolaire 2007 (le tout premier a testé l'installation dès juin, mais des coraux et des invertébrés - comme des anémones ou des bénitiers - continuent à rejoindre l'aquarium régulièrement) quand ils ne mesuraient qu'un ou deux centimètres, ces animaux étranges qui ressemblent autant à des plantes qu'à des roches ont pratiquement tous doublé ou triplé de taille ! Il faut dire que dans le biotope reconstitué par nos élèves, nul animal n'a de prédateur.Implantation d'un corail dans un aquariumYassine réajuste une dernière fois la colle époxy sur le pied du morceau de corail qu’il va aller fixer sur un rocher.
© G. Tixier/CG 91
Tous vont en paix, et chacun est mis à contribution avec un rôle précis à jouer : les déjections des poissons servent à nourrir les coraux, les étoiles de mer et les Bernard-l'hermite remuent le sable qui filtre l'eau, quant aux escargots ils nettoient inlassablement les vitres et mangent les algues ! Mais il est temps d'introduire un corail supplémentaire. Yassine, qui s'est lavé les mains avec soin, pétrit une boule de pâte de colle époxy (résine présentant une bonne tenue) qui servira à fixer le corail, tandis qu'élèves et professeurs scrutent l'aquarium à la recherche de l'endroit approprié. Pour ce type de corail dur il faut beaucoup de lumière, donc pas trop de profondeur, et suffisamment de place pour qu'il puisse croître à son aise. Leur choix finit par se porter sur un rocher. Yassine monte sur une chaise, fixe son bout de corail sur la pâte et immerge son bras dans l'aquarium. La manœuvre est périlleuse : il ne faut pas blesser les autres habitants en installant le nouvel arrivant. En plus, dans l'eau, la pâte époxy ne colle pas plus qu'un morceau de pâte à modeler, il faut donc bien la mettre en place sur le rocher avant qu'elle se mette à durcir et fixe solidement le corail qui finira par la recouvrir entièrement. Après quelques tâtonnements, la bouture d'euphylia est finalement implantée dans son nouveau milieu... Elle n'a plus qu'à y prospérer, sous la garde attentive des Némo et du club d'aquariophilie du lycée Montesquieu !

À l'occasion du concours "Faites de la Science", ces lycéens présenteront leur réalisation conjointement avec des étudiants de l'école Centrale de Paris qui ont mis au point un prototype automatisant la mesure des paramètres chimiques de l'aquarium ainsi que le rajout de calcium et de carbonates, étalonné à partir des dosages mesurés par les élèves de l'atelier. Un système qui leur permettra enfin de prendre des vacances loin de leur récif !

INFOS PRATIQUES

Le concours Faites de la science
http://www.faitesdelascience.u-psud.fr/

Objectif : promotion de la culture scientifique auprès des lycéens et des collégiens
Organisateur : facultés des sciences des universités françaises
Partenaires : ministère de l'Éducation nationale, Académie des sciences, grands organismes de recherche.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel