logo Essonne

Bruno Genty ou l'engagement réfléchi

  • Posté le : Lundi 25 Octobre 2010
  • |
  • par : S. Briet

Il a été élu récemment Président de France Nature Environnement, une fédération de 3 000 associations. Cette nomination marque l'aboutissement d'un investissement sans faille pour les causes environnementales.

Portrait Bruno GentyBruno Genty : "Le scepticisme absolu n'est pas constructif"


© Sébastien Godefroy

L’événement qui vous a le plus marqué ?

Il y a eu un voyage professionnel en Guyane qui m’a permis d’appréhender physiquement la signification du mot “biodiversité”. Ce n’était plus seulement un concept, des noms d’espèces, une vision intellectuelle, mais un vrai choc. D’un seul coup cette richesse fabuleuse est devenue concrète.

Un lieu qui a beaucoup compté ?

C’est le château de Chamarande en Essonne, avec un parc de 98 ha et des bâtiments annexes. Il appartient au département. Mais c’est surtout là que j’ai commencé à m’investir dans des activités militantes car des locaux servaient de siège à des associations de défense de la nature. A la fin des années 70, j’ai participé à « La Maison de la Récupération » : il s’agissait de prolonger la durée de vie de certains objets au lieu de les jeter, mais aussi de démontrer que le recyclage de certains déchets constituait une alternative intéressante à leur enfouissement ou à leur incinération systématique. A l’époque, beaucoup nous regardaient comme de « doux rêveurs ». Aujourd’hui, ces démarches sont entrées dans les mœurs.

L’objet  que vous adorez et qui ne vous quitte pas ?

C’est un petit fétiche amérindien qu’un ami m’a rapporté du Canada. Je ne le promène pas partout mais il est toujours là où je travaille. Il figure une tête d’homme sculptée en bois rouge. Ce n’est chez moi ni religieux ni superstitieux. C’est juste une autre façon de voir le monde.

Les dates de Bruno Genty

1960 : naissance dans l’Essonne
1982 : premières implications dans les associations écologistes
1985 : naissance de son fils
2002-2003 : DESS d’écologie
2004 : devient consultant en réduction des déchets, entre au Conseil d’administration de France Nature Environnement (FNE)

Le livre que vous emporteriez sur une île déserte ?

Aujourd’hui, le livre que je choisirais, c’est « Mort à crédit » de Céline. Ce n’est pas le personnage que j’apprécie mais son style, la qualité de son écriture, l’élan qui le porte. Il y parle de façon très romancée de son enfance et décrit le milieu de ses parents, des petits artisans-commerçants. Il expose ce coté mesquin des hommes et les trésors d’ingéniosité qu’ils déploient pour des choses souvent futiles. Mais dans huit jours, je choisirai peut être un autre livre...

Une personne qui a beaucoup compté ?

En dehors de ma femme, grâce à qui je peux consacrer autant de temps à des activités bénévoles, une autre personne a beaucoup compté dans mon engagement. Elle a aujourd’hui plus de 80 ans : c’est Liliane Elsen, qui a été présidente de la fédération départementale des associations de protection de la nature et de l’environnement en Essonne. Elle m’a impressionné par son engagement, me montrant que tout était possible quand on le voulait et m’apprenant aussi à avoir du recul par rapport aux engagements citoyens. Car il faut être capable de relativiser, de se moquer de soi même, de se dire qu’il n’y a pas que ça dans la vie, ne pas avoir une vision apocalyptique de l’environnement ou trop de cynisme. Je préfère mettre l’accent sur les capacités à proposer. Le scepticisme absolu n’est pas constructif.

Votre passion en dehors du travail ?

La littérature, la musique et les arts plastiques. J’ai des goûts très éclectiques, je suis du genre papillon : j’aime les romans noirs et la poésie, la musique contemporaine et le jazz. Mais surtout, j’en ai besoin : au milieu de mes activités militantes ou professionnelles, ce sont des sas de décompression indispensables.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel