logo Essonne

Jean-Yves Dréan, la fibre textile

  • Posté le : Lundi 19 Novembre 2007
  • |
  • par : M. Grousson

Au début des années 1970, sur fond de choc pétrolier, ses professeurs le dissuadent de se diriger vers le secteur alors incertain des moteurs automobiles. Sans quoi, probable que l’actuel directeur du Laboratoire CNRS de physique et mécanique textiles, à l'École nationale supérieure d'ingénieurs sud Alsace (ENSISA) à Mulhouse, ignorerait tout des matériaux fibreux. Dommage car, Jean-Yves Dréan le confesse volontiers, les fibres sont aujourd’hui pour lui une "véritable passion".

Portrait Jean-Yves Dréan© ENSISA-LPMT

C'est pourtant par hasard qu'au terme de deux années d'IUT (Institut universitaire de technologie) de génie mécanique, le jeune technicien effectue son stage de fin d'études chez un constructeur de machines textiles. Puis il poursuit ses études à l'École nationale supérieure des industries textiles, à Mulhouse. Les dés sont jetés. Et après trois années d'école, suivies d'un doctorat sur la réalisation de mesures physiques sur des matériaux fibreux, le jeune homme épris de mécanique automobile s'est mué en jeune chercheur à la fibre textile. "Ma passion pour les fibres est née après mon doctorat, confie-t-il. Jusqu'alors, les fibres m'intéressaient en tant que matériau un peu exotique. Puis je me suis mis à les aimer."

Jean-Yves Dréan leur a donc consacré toute sa carrière. Comme il le détaille, "depuis que je suis entré au Laboratoire de physique et mécanique textiles, dans les années quatre-vingts, j'ai travaillé sur la transformation de fibres pour la filature. Puis sur la façon dont la microstructure d'une fibre influe sur ses propriétés mécaniques. Parallèlement, je mets audepuis point des instruments de mesures des propriétés des matériaux fibreux, une activité plus en relation avec ma culture originelle. Dans l'avenir, j'aimerais consacrer plus de temps à l'étude de fibres exotiques, comme celle de l'agave*, dont les propriétés mécaniques d'élasticité sont surprenantes !"

Après tout, peu importe le sujet. Car au-delà du plaisir de la découverte, le chercheur accorde une importance primordiale au contexte humain dans lequel il effectue son travail. Il en veut par exemple pour preuve les trois séjours longs effectués à l'étranger au cours de sa carrière : deux au Portugal et un au Canada, dans des laboratoires de recherche. Ces collaborations scientifiques se sont toujours nouées autour d'amitiés développées des années plus tôt, entre jeunes thésards. "Les projets forts ne viennent jamais des institutions, mais parce que des personnes s'apprécient. Sans relations humaines riches, on ne développe pas une bonne recherche", explique-t-il. Ce goût des autres est encore illustré lorsque le mécanicien détaille sa plus grande source de satisfaction dans le travail : "Voir mes étudiants devenir meilleurs que moi !"

En fait, le vrai moteur de Jean-Yves Dréan, c'est l'humanisme. "Je reste persuadé que la science, même si elle a commis des erreurs, est un formidable moteur de progrès." Un progrès scientifique… et humain bien sûr !


* L'agave est une plante d'origine mexicaine, très décorative, aux feuilles vastes et charnues.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel