logo Essonne

Venkatraman Ramakrishnan, le Nobel tranquille

  • Posté le : Lundi 31 Mai 2010
  • |
  • par : A. Sari

"Venka", comme l'appellent ses intimes, a reçu le Nobel de chimie en 2009. Rencontre lors d'une visite à SOLEIL, le synchrotron de Saint-Aubin, sur le plateau de Saclay.

Le Nobel Venkatraman RamakrishnanLe Nobel Venkatraman Ramakrishnan lors de sa venue au Synchrotron Soleil.
© Patrice Latron / LookatSciences

L’évènement qui vous a le plus marqué ?

Mon mariage avec Vera, en 1975, et la naissance de mon fils, Raman, en 1976. Je suis un romantique. L’amour est plus important que tout, même le Nobel !
Au plan professionnel, j’ai vécu deux moments inoubliables. Le premier, en 1994, quand j’ai décidé de me consacrer à élucider la structure du ribosome (voir encadré). Je voulais m’attaquer aux grandes questions de fond de la science. Je me souviens de ce sentiment très fort d’excitation mêlée de crainte. Le second, en 1999, quand j’y suis parvenu. C’est la délicieuse sensation de la découverte.

Le lieu qui a beaucoup compté ?

Il y en a plusieurs. D’abord, Baroda, en Inde, où sont mes racines. J’ai été élevé parmi mes tantes et mes grands-parents selon les traditions familiales indiennes. Mon père dirigeait le département de biochimie de l’université. Ma mère, docteur en psychologie, l’assistait. Des scientifiques indiens ou étrangers venaient à la maison. Cela m’a influencé. J’ai quitté Baroda à 19 ans pour aller étudier aux Etats-Unis et je suis devenu citoyen américain.
Aujourd’hui, j’aime particulièrement mon laboratoire à Cambridge. Il a abrité d’autres Nobel comme Watson et Crick, les découvreurs de l’ADN. L’endroit est très collégial, à dimension humaine. Il y règne un état d’esprit qui favorise le calme et l’émulation scientifique. J’y suis très heureux.

L’objet que vous adorez et qui ne vous quitte pas ?

Une découverte cruciale

Dans la cellule, le ribosome est une énorme molécule qui lit et traduit sous forme de protéines l’information génétique que porte l'ADN. Pour en avoir élucidé la structure chez la bactérie (chez l’homme, c’est encore trop compliqué), Venkatraman Ramakrishan, Ada Yonath (Institut Weizman, Israël), et Thomas Steitz (Université Yale, Etats-Unis) ont reçu le Nobel de chimie en 2009. Cette découverte ouvre la voie vers la mise au point de nouveaux antibiotiques et une compréhension plus fine des mécanismes intimes de la vie.

Pour en savoir plus : consultez l'article publié par SOLEIL : Prix Nobel 2009 : l'apport décisif du rayonnement synchrotron

Mon téléphone portable, ce qui énerve ma femme, et, surtout ma bicyclette. Elle m’accompagne depuis 1978 ! Je viens de la repeindre en vert. J’y tiens car j’éprouve une sorte de loyauté envers les choses. Je déteste la voiture, je n’en ai jamais eu et je pense que l’on peut très bien vivre sans. Chaque jour, je parcours ainsi les 5km qui séparent mon domicile du laboratoire : je respire, je réfléchis… Je l’ai même emmenée en France, quand nous avons fait le tour de la Dordogne à vélo avec ma femme.

Un livre préféré que vous emporteriez sur une île déserte ?

Un livre que je pourrais lire, relire et qui m’inspire à chaque fois des idées nouvelles... Sans doute une histoire des sciences. Ou un ouvrage sur les mécanismes du cerveau, comme celui que je lis en ce moment, A la recherche de la mémoire dans lequel Eric Kandel (Nobel de médecine en 2000) tisse avec brio son histoire personnelle et celle de la neurobiologie. Les mystères du cerveau me fascinent.

Une personne qui a beaucoup compté ?

Ma femme Vera Rosenberry. Elle écrit et illustre des livres pour enfants. Elle m’accompagne depuis que je suis étudiant. Je l’admire car ce n’est pas facile de vivre avec un scientifique ! Elle m’apporte la paix et la stabilité.

Votre passion en dehors du travail ?

Écouter de la musique classique indienne (surtout du Sud de l’Inde) et occidentale (Beethoven, Schubert, Haydn, Mozart, Brahms…).
Je n’ai pas eu la chance d’étudier la musique et je le regrette. Mais je me suis rattrapé par procuration : mon fils Raman est un violoncelliste reconnu !

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel