logo Essonne

Le virus informatique

  • Posté le : Lundi 8 Octobre 2012

Questions posées à :

Le virus informatique

Jean-Yves Marion, Directeur du laboratoire de Haute sécurité de l’Université de Lorraine.

Est-ce qu’un ordinateur peut tomber malade ? Réponse : oui ! Comme n’importe quel organisme vivant, un ordinateur peut être contaminé par des virus. A l’heure d’internet, cette réalité donne lieu à tous les délires. On imagine des ordinateurs rendus fous par un virus, et qui se mettraient à déprogrammer tous les feux rouges d’une ville ! Des ordinateurs qui feraient de l’espionnage pour des puissances étrangères. Comme dans d’autres domaines, des chercheurs en informatique font de la prévention.

Trois questions à Jean-Yves Marion, Directeur du laboratoire de Haute sécurité de l’Université de Lorraine.

  • Qu’est-ce qu’un virus informatique ?

    Le virus informatique

    Je préfère parler de “code malveillant”, de “ver” ou bien de “malware” (“maliciel” en français). Un code peut avoir des formes diverses. Il s’infiltre dans un système informatique avec différentes motivations. L’espionnage par exemple. Dans le corps humain, un virus a pour caractéristique de se dupliquer. En informatique aussi. Autre point commun : tout comme un virus biologique, un code malveillant, dispose de moyens de protection pour ne pas être détecté et rendre difficile son analyse.
    Les premiers virus informatiques sont apparus dans les années 80. Ils ont été créés par des gens qui passaient des heures devant leur ordinateur, qui comprenaient très bien comment ils fonctionnaient et qui étaient capables de pénétrer dans les systèmes. En anglais, on les appelle des “Hackers”, des pirates informatiques. Par sens du jeu, ils se lançaient des défis et fabriquaient des codes malveillants.
    Aujourd’hui, les codes sont beaucoup plus sophistiqués.

  • Est-ce qu’un ordinateur peut produire lui-même un code malveillant ?

    Le virus informatique

    Non, c’est impossible ! Il faut quelqu’un pour programmer l’ordinateur. D’ailleurs, la plupart du temps, on ne sait pas qui se cache derrière ces codes, et on ne connaît pas non plus leurs objectifs.
    Prenons un exemple : récemment, un code appelé DuQu s’est répandu sur internet. Tout a commencé début septembre 2011. Il était programmé pour agir 36 jours. Pendant ce temps, il enregistrait une partie des données tapées sur le clavier. Et au bout de 36 jours, il s’autodétruisait. C’est tout ce que l’on sait. On ne connaît pas son but. Mais il s’agit d’un code très sophistiqué, sans doute mis au point par une équipe d’ingénieurs.

  • Est-ce que ces codes endommagent les ordinateurs ?

    Le virus informatique

    Si le code malveillant est détecté par votre antivirus, l’attaque est neutralisée. Ce qui implique d’avoir un antivirus à jour. En revanche, si l’attaque cible votre ordinateur en particulier, l’antivirus ne pourra rien faire. Il faut savoir que le nombre de codes malveillants qui circulent sur internet est très impressionnants. Nous sommes constamment soumis à des attaques. Notre métier consiste à écouter internet. Nous créons un environnement pour faire venir les codes à nous. Ensuite nous les analysons en les faisant tourner sur des ordinateurs confinés pour qu’ils ne se propagent pas. Depuis quelques années, les codes sont tellement sophistiqués qu’ils dépassent même les infrastructures informatiques classiques. C’est un point important. Les téléphones par exemple sont touchés. Mais d’autres installations peuvent l’être aussi. Le procédé est applicable pour tous les mécanismes qui sont d’une façon ou d’une autre reliés à l’informatique via des installations électriques.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel