logo Essonne

L'effet de serre

  • Posté le : Lundi 7 Janvier 2013

Questions posées à :

L'effet de serre

Jean-Yves Grandpeix, physicien climatologue au Laboratoire de météorologie dynamique à l'Université Pierre et Marie Curie de Paris.

L’effet de serre sur la planète est un phénomène thermique de réchauffement. Les problèmes associés à son renforcement dans l’atmosphère ont commencé avec les activités humaines lors de la révolution industrielle du 19e siècle. Le niveau de concentration de CO2 dans l’atmosphère a depuis augmenté de plus d’un tiers.
Par un effet de levier, l’augmentation du CO2 accroît à son tour la quantité de vapeur d’eau, en fait le principal gaz contribuant à l’effet de serre. Aujourd’hui, on identifie très bien les conséquences du phénomène sur le climat de notre planète : augmentation de la température, fonte des glaciers etc.

Trois questions à Jean-Yves Grandpeix, physicien climatologue au Laboratoire de météorologie dynamique à l'Université Pierre et Marie Curie de Paris.

  • Que veut dire l’expression “effet de serre” ?

    L'effet de serre

    L’expression n’est pas bonne. Ce qui se passe sur la Terre est analogue, mais de façon très caricaturale, à ce qui se passe dans une serre. Sur Terre, ce qui est appelé effet de serre correspond à l’absorption du rayonnement infrarouge en provenance du soleil par certains gaz de l’atmosphère terrestre. Ces rayons infrarouges sont ensuite réémis par ces gaz et réchauffent l'atmosphère. A cause de ce phénomène, la température de la Terre est en augmentation.
    Dans une serre, l’absorption du rayonnement infrarouge par la vitre engendre bien une augmentation de la température. Mais ce n’est pas le facteur déterminant qui génère de la chaleur à l’intérieur de la serre. Ce qui est dominant c’est que la vitre tient la serre au chaud en arrêtant les courants d’air. Sur Terre, il n’y a pas de courant d’air ! Et surtout, une multitude d’autres phénomènes entrent en jeu.

  • Quels sont ces gaz absorbants ?

    L'effet de serre

    Sur Terre, les gaz contributeurs à l’effet de serre sont principalement la vapeur d’eau (60 %), le CO2 ou gaz carbonique (26 %), l’ozone (8 %) et le méthane (6%). La vapeur d’eau sert d’amplificateur à l’effet de serre, mais tout part du CO2 que nous émettons. En fait, plus on réchauffe la Terre plus la quantité de vapeur d’eau présente dans l’atmosphère est grande. Plus cette quantité est grande, plus l’effet de serre est important et donc plus la Terre se réchauffe. Si par exemple on doublait d’un coup la concentration de CO2 dans l’atmosphère, la température augmenterait d’environ 0,5°C. Ensuite la concentration en vapeur d’eau s’accroîtrait ce qui ferait augmenter la température, etc. Et on arriverait au final à une élévation de température de l’ordre de 3 à 4°C.

  • Depuis quand y-a-t-il un effet de serre sur Terre ? L’effet de serre existe-t-il depuis toujours ?

    L'effet de serre

    L’effet de serre est un processus physique qui existe sur toutes les planètes à partir du moment où leur atmosphère comprend un gaz pouvant absorber les rayonnements. Sur notre planète, c’est un phénomène indispensable à la vie. C’est son excès, à cause des activités humaines, qui pose problème. Sur Terre, lorsque l’on remonte 20 millions d’années en arrière, les concentrations de CO2 variaient entre 180 et 280 ppm (1). Avant 25 millions d’années, il y en avait 10 fois plus. L’effet de serre était donc bien plus fort. Le hic, c’est que depuis que l’homme existe sur terre, il n’y a jamais eu un effet de serre aussi important.

    (1) ppm : partie par million, unité de mesure utilisée pour mesurer le pourcentage de CO2 dans l’atmosphère.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel