logo Essonne

Les rêves

  • Posté le : Lundi 8 Avril 2013

Questions posées à :

Les rêves

Quatre questions à la neurologue Isabelle Arnulf, responsable du service des pathologies du sommeil à la Pitié-Salpêtrière.

“Moi je n’ai pas rêvé cette nuit.” “Impossible ! ”, pourrez-vous désormais rétorquer à votre interlocuteur. Car nous rêvons tous, et toutes les nuits. Pendant des périodes qui nous paraissent plus ou moins longues, mais qui durent en moyenne une vingtaine de minutes ! Et d’ailleurs qui n’a jamais rêvé qu’il volait, qu’il perdait ses dents ou qu’il se promenait nu en public ? Ces songes finalement très marquants, seraient en fait plutôt rares. Mais finalement à quoi sert de rêver ? Comment rêvons-nous ?

  • Rêvons-nous toutes les nuits ?

    Les rêves

    Oui, mais nous ne mémorisons pas tous nos rêves de la même façon. Certaines des personnes parlent de leurs nuits à leur réveil en disant ne pas avoir rêvé. Mais nous, nous les avons vu rêver grâce à des manifestations extérieures. Et plus nous nous éloignons de la phase d’endormissement, c’est-à-dire plus les stimuli du monde extérieur sont loin dans le temps, plus nos rêves sont riches, scénarisés et plein de sensations.

    Le sommeil dit paradoxal, cette phase au cours de laquelle les rêves dont on se souvient se produisent, est celui qui est le plus étudié. Il se caractérise par des mouvements oculaires rapides, une respiration irrégulière, le battement des tympans, le blocage du tonus musculaire.

  • Tous les êtres vivants rêvent-ils ?

    Les rêves

    Les animaux ne peuvent pas nous raconter leurs rêves mais ils sont faciles à observer. Qui n’a jamais vu un vieux chien courir pendant son sommeil ! Les oiseaux chantent en dormant, les perroquets parlent, les chevaux ont des secousses automatiques, etc. On lit également beaucoup d’émotions sur le visage d’un bébé humain qui dort. Des émotions qu’il est d’ailleurs incapable de réaliser lorsqu’il est éveillé. Cela signifie que les mimiques émotionnelles sont programmées génétiquement.

  • Quels sont vos axes de recherche ?

    Les rêves

    On commence à savoir, grâce aux données recueillies par des électrodes intracérébrales, que le cerveau ne s’endort pas d’un coup. Il s’endort de bas en haut. C’est pendant cette phase transitoire d’environ dix minutes, qu’on peut avoir l’impression de tomber dans un trou ou de rater une marche.

    Nous avons également découvert que les paraplégiques de naissance marchaient dans leurs rêves. La théorie veut que nous apprenons aussi en regardant les autres faire. Pour cela, nous utilisons des structures appelées neurones miroirs. A partir du moment où nous avons vu quelqu’un faire quelque chose, nous sommes capables de le reproduire car nous l’avons fait dans notre tête en même temps que l’autre.

  • A quoi sert de rêver ?

    Les rêves

    La banque de rêves, collection de données anonymes compilant 20 000 récits de rêves, montre qu’en grande majorité nous rêvons de choses désagréables. Cela va jusqu’à des choses que l’on ne vit pas d’habitude mais qui sont horribles. L’hypothèse à ce sujet est que si le phénomène du rêve a été conservé dans l’histoire de la vie humaine, c’est qu’il doit avoir une utilité. C’est la théorie de simulation de la menace. Autrement dit, si la personne s’est entraînée à affronter une situation difficile en rêve, elle sera mieux préparée à y faire face dans sa vie réelle. Souvent les jeunes mamans rêvent que leur bébé tombe ou étouffe. Et cela arrive aussi aux pères. Ce n’est donc pas qu’hormonal !

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel