logo Essonne

Tintin et la science

Où est le Temple du Soleil ? Quelle est la nature de l'Etoile mystérieuse ? Quel jour Tintin a-t-il posé le pied sur la lune ? Partons sur les traces scientifiques du petit reporter et de son fidèle Milou, avec l'astrophysicien essonnien Roland Lehoucq et son comparse Robert Mochkovitch. Surprises!

L'astronaute E. Aldrin Jr. sur la lunePhoto de l'astronaute Edwin E. Aldrin Jr., pilote du module lunaire, marchant sur la mer de la tranquillité de la lune. Image prise par Neil A. Armstrong le commandant de l'expédition Apollo 11.
© NASA

Témoin d'un siècle particulièrement riche en événements, Tintin, le célèbre reporter a également participé à la plupart des aventures scientifiques de son temps. C'est le caractère mythique de ce héros universel, qui vient de fêter ses 75 printemps, qui a décidé deux astrophysiciens tintinophiles, Roland Lehoucq et Robert Mochkovitch, à relire ses aventures avec l'œil du scientifique.

Parmi les vingt-quatre aventures du héros à la houppette, quatre albums où l'astronomie est au cœur de l'intrigue ont été passés au crible. Par la force du talent d'Hergé, notamment son souci de l'exactitude et la stupéfiante qualité de ses représentations, Le temple du soleil, l'Etoile mystérieuse, et les aventures lunaires présentées dans Objectif Lune et On a marché sur la lune, donnent l'occasion aux scientifiques et à leurs lecteurs de se poser mille et une questions. Résultat : Mais où est donc le temple du soleil?, un ouvrage-enquête dans le monde de Tintin, plein de surprises et de rebondissements.


Le temple du soleil n'est pas là où on le croyait
Lancement à BaïkonourLancement Soyouz d'une fusée sur le cosmodrome de Baïkonour,le 26 avril 2003 au Kazakhstan. Avec à bord Edward T. Lu et Yuri I. Malenchenko, le commandant.
© Scott Andrews/NASA

Les auteurs expliquent ainsi le « coup » de l'éclipse, qui sauvera la vie des héros du Temple du soleil. Ils vont découvrir, grâce à l'astronomie, que ce haut lieu religieux, contre toute attente, ne se trouve pas au Pérou, mais au cœur de l'Amazonie brésilienne, à quelque 770 Km de Manaus, tout près du Rio del Pires. Reste à monter une expédition pour vérifier leur théorie, à condition d'être prêt à affronter la malédiction de Rascar Capac !

Puis les auteurs passe au crible la véritable nature de l'Etoile mystérieuse qu'il est question. Une étoile qui fait fondre l'asphalte des rues sans illuminer le ciel, et dont un morceau plonge au cœur de l'Océan arctique sans provoquer de cataclysme ? L'énigme reste intacte, mais donne l'occasion de lever le voile sur la spectrographie ou les calculs astronomiques.

C'est avec Objectif Lune et On a marché sur la lune qu'Hergé atteind le summum du réalisme. Si la stratégie du professeur Tournesol diffère quelque peu de celle de la NASA, le déroulement du vol lunaire de Tintin et de ses acolytes correspond, après vérification des auteurs, à un plan de vol réaliste, techniquement exact. Comme le sont les bonds des astronautes sur la lune ou leurs évolutions en apesanteur dans la cabine spatiale. Est-il utile de rappeler que ces deux albums ont été publiés respectivement quinze et seize ans avant que l'homme ne fasse ses premiers pas sur la lune?

01.Passeurs de savoir

Couverture d'un livre sur HergéCouverture de l'ouvrage de Roland Lehoucq et Robert Mochkovitch "Enquête scientifique au pays d'Hergé" paru aux Editions Flammarion.
© Editions Flammarion
Des premiers sous-marins à la conquête de l'espace, Tintin, le célèbre reporter qui n'a jamais écrit aucune ligne, a participé à la plupart des aventures scientifiques de son temps. Ses albums fourmillent d'informations scientifiques dont Hergé, témoin de son siècle, n'a pas manqué une occasion de se faire l'écho. Les phénomènes physiques et les grandes découvertes jalonnent les vignettes des vingt-quatre albums écrits à l'intention de 7 à 77 ans : ainsi du feu de Saint-Elme qui jaillit du piolet du capitaine Haddock dans Tintin au Tibet, des paraboles à ultrasons inspirées des travaux des savants du IIIe Reich dans L'affaire Tournesol ou de la télévision couleur mise au point par le professeur Tournesol dans Les Bijoux de la Castafiore . Mais c'est dans Le Temple du Soleil, L'Etoile mystérieuse, Objectif Lune et On a marché sur la lune, que la science en général, et l'astronomie en particulier est reine, devenant l'élément moteur de l'intrigue. Quatre albums qui ont offert à l'astrophysicien Roland Lehoucq et son confrère Robert Mochkovitch, deux tintinophiles passionnés par la diffusion des connaissances scientifiques, l'occasion de mener une enquête inédite : accompagner Tintin dans ses aventures en décryptant ses découvertes avec l'œil du scientifique. Résultat, un ouvrage intitulé Mais où est donc le temple du soleil ? Plein de surprises, de rebondissements, de révélations, et avec un exploit : la localisation du temple du soleil, jusqu'alors jalousement gardée secrète par les Incas !


Passeurs de savoir

Pour Roland Lehoucq, : "les astronomes occupent une position privilégiée parce qu'ils touchent à un questionnement profond, celui des origines de l'Univers. Pour diffuser leurs connaissances de manière efficace, ils doivent se baser sur un vécu commun, des images qui ont le même sens pour tout le monde. On peut réfléchir à partir d'éléments de la vie quotidienne. Mais on s'aperçoit rapidement que ceux-ci n'ont pas forcément la même valeur pour tous, surtout si on n'y accorde pas la même attention. Par exemple, une casserole d'eau bouillante ne représentera pas la même chose pour celui qui observe le processus d'ébullition dans son ensemble, ou pour un autre, qui allume le gaz, et ne revient qu'une fois que l'eau a commencé à bouillir».
En s'investissant dans ce rôle de passeur de savoir, l'auteur a élaboré un concept original : revisiter la science-fiction et la bande dessinée avec le regard du physicien. Car avec Tintin, Roland Lehoucq n'en est pas à son coup d'essai : le monde de Godzilla, de Superman ou de la Guerre des Etoiles ont déjà constitué pour le chercheur, des terrains d'investigation qu'il a soumis à un questionnement scientifique rigoureux, prenant le parti de les considérer comme des mondes réels.


Cours de méthodologie

Cette enquête scientifique, outre les surprises qu'elle réserve, a également un autre mérite : celui de démonter tous les ressorts de la démarche scientifique en les livrant au lecteur. En revisitant l'œuvre d'Hergé, les astrophysiciens procèdent de la même manière qu'ils procèdent au quotidien dans leurs travaux de recherche. Ils observent, expérimentent, quantifient, mesurent, construisent des théories pour expliquer, puis pour prédire. La réalité objective du monde de Tintin leur offre un domaine proche de celui de l'astrophysique, où l'on doit se contenter de ce qui tombe du ciel : la lumière des astres, le scintillement des étoiles… et où il est impossible d'aller sur place, vérifier ce que l'on a expliqué. Le parallèle entre le monde de Tintin et l'astronomie, science dont les objets ne peuvent être soumis à l'expérimentation directe, est patent. « Le monde de Tintin est un support de travail exceptionnel, où ce qui est scientifiquement faux, est bon à prendre, parce que cela a valeur démonstrative » , affirme Roland Lehoucq. « La science est un formidable outil d'enquête qui nous aide à démêler le moindre indice dans l'univers imaginaire d'Hergé, mais aussi dans l'Univers tout court ».

02.Revisiter Hergé

L'œuvre d'Hergé offre mille occasions d'aborder les questions scientifiques les plus variées. Mais pour Roland Lehoucq et Robert Mochkovitch, il ne saurait être question de lui distribuer des bons ou des mauvais points. Car au final, même si l'auteur a commis quelques erreurs, son travail, étayé par une recherche de documentation extrêmement pointue, reste cohérent sur le plan scientifique. Fusées, bateaux, voitures, engins de toutes sortes, chaque représentation a été l'objet du plus grand soin, jusqu'au moindre détail. Et Roland Lehoucq de citer les croisillons qui lient l'aile au flotteur de l'hydravion Arado AR-196 de L'Etoile mystérieuse, les boulons sur la monture du télescope de poursuite de la fusée lunaire dans Objectif lune, inspirés du télescope de Schmidt au mont Palomar en Californie où travaillait le célèbre astronome Edward Hubble. Ou encore le réalisme du plan de vol lunaire méticuleusement calculé dans On a marché sur la lune. Pour cet album, Hergé s'est inspiré des travaux du physicien Anhanov et a repris le timing proposé pour décrire les étapes du voyage. Il a, en outre, fait preuve d'une extraordinaire capacité pédagogique, expliquant à longueur de bulles, des phénomènes relativement complexes comme le whisky en boule, les principes de la pesanteur, la propulsion atomique ou la taille relative des planètes. Mais où est donc le temple du soleil ? propose d'ailleurs, en pendant de l'enquête proprement dite, une liste conséquente d'encadrés techniques et scientifiques, qui apportent un complément d'information au lecteur. Ainsi, le phénomène de l'éclipse, l'origine des astéroïdes, la spectrographie, l'origine des éléments chimiques ou la véritable personnalité d'Hipparque n'auront plus aucun secret pour celui qui aura parcouru les 185 pages de cet instructif essai.


Le temple du soleil ou le coup de l'éclipse

Carte de l'éclipse totale de 1944Cette carte situe le couloir de l'éclipse totale du 25 janvier 1944 sur le continent sud-américain. Le temple du Soleil est situé à proximité du cercle marqué 15 heures.
© P.Rocher/Institut de mécanique céleste/Editions Flammarion
Où est donc le Temple du Soleil ? Roland Lehoucq affirme qu'avec son comparse Robert Mochkovitch, il a localisé avec précision un périmètre en pleine jungle amazonienne, où il faut rechercher les ruines du fameux temple imaginé par Hergé. Celui-ci serait en effet caché en bordure du rio Teles Pires, à quelque 770 kilomètres au sud de Manaus, par 57°36 de longitude ouest et 8°53 de latitude sud. Pour arriver à cette localisation précise, Roland Lehoucq et Robert Mochkovitch ont soumis tous les indices livrés par Hergé au travers des aventures de Tintin dans cette région du monde, à une expertise scientifique rigoureuse. Aucun détail n'a échappé à leur vigilance y compris les petites erreurs techniques. Exemple : l'inclinaison du bâton du cadran solaire utilisé par les Incas pour déterminer l'heure du sacrifice devrait pointer vers le pôle céleste sud sous un angle égal à la latitude du lieu, soit une quinzaine de degrés, au lieu des 45° représentés par Hergé. Et la représentation de l'éclipse elle-même devrait en fait durer beaucoup longtemps.
C'est en consultant les tableaux des éclipses de Soleil qui se sont produites en Amérique du Sud avant 1949, date de parution de l'album, et après 1930, date présumée de l'aventure, que les auteurs ont réussi à livrer le jour précis de l'exécution programmée des héros. La seule éclipse qui pourrait correspondre aux descriptions du récit serait celle du 25 janvier 1944, qui a traversé le Pérou entre 9h10 et 9h20. Trop tôt par rapport à la bande dessinée qui indique que le sacrifice est prévu pour 11 h du matin. En suivant le trajet de l'ombre de l'éclipse sur la carte de l'Amérique du Sud, Roland Lehoucq identifie ainsi la localisation du temple, qui donc ne se trouve pas au Pérou, mais au cœur de l'Amazonie brésilienne, à proximité du rio Teles Pires.
Reste donc à monter une expédition pour vérifier cette théorie dont l'astrophysicien se contente, étant déjà pleinement satisfait de savoir qu'il existe une réponse sur papier à un de ses problèmes, sans pour autant avoir besoin de la vérifier de visu. Et surtout, ne pas prendre le risque d'être déçu !

03.L'étoile mystérieuse

L'Observatoire de YerkesLa grande lunette de l'Observatoire Yerkes, aux USA, est l'un des instruments qui a pu inspirer Hergé pour dessiner celle présente dans "l'Etoile mystérieuse".
© DR
Autre opportunité de décortiquer d'autres vérités scientifiques, L'Etoile mystérieuse. Un nouvel astre apparaît dans le ciel, qui dégage une chaleur considérable et se rapproche à une vitesse phénoménale de la terre. A l'Observatoire, le professeur Calys prévoit qu'il doit entrer en collision avec la terre, mais heureusement, ses calculs sont faux. Seul un morceau du bolide, un « aérolithe » dans le langage d'Hergé s'est détaché pour atterrir au cœur de l'océan glacial arctique. Si, en réalité, le mystérieux astéroïde n'a aucune chance de finir comme une île émergeant de l'océan, ni de rencontrer la Terre sans provoquer un cataclysme comparable à celui qui a vraisemblablement provoqué l'extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années, L'Etoile mystérieuse va permettre aux auteurs de passer au crible une somme d'informations « astronomique ». Calcul de l'heure dans le ciel, orientation du téléscope de l'Observatoire qui ressemble beaucoup à la lunette américaine de Yerkes, près de Chicago, enquête sur les étoiles, cet album est un véritable cours d'astronomie. Sans oublier les rudiments de spectographie, livrés par le professeur Calys qui découvre après analyse du spectre de l'astéroïde un métal inconnu qu'il s'empressera de baptiser « calystène ».
Nos deux astrophysiciens s'interrogent sur le rayonnement de cette mystérieuse étoile qui fait fondre l'asphalte sans éclairer le ciel ! Comète, météorite, supernova, naine blanche ? Aucune hypothèse n'est satisfaisante… L'étoile mystérieuse sera donc passée près de la terre en emportant son secret.


« Objectif Lune » et « On a marché sur la lune »

Dans ces deux albums consacrés à la conquête de l'espace, les surprises abondent : un cours sur les moteurs à réaction, l'exactitude rigoureuse du plan de vol et de la trajectoire lunaire, les bonds de l'équipage sur la lune… Rappelons qu'Hergé publiait Objectif Lune (1953) seize ans avant les vols Apollo, et On a marché sur la lune (1954) sept ans avant celui de Gagarine. Hergé visionnaire ? Non, selon Roland Lehoucq. Ou du moins pas à l'image d'un Jules Verne, dont les écrits ont prolongé la science. « Hergé n'a rien inventé. Mais il avait un talent remarquable : celui de retranscrire et de représenter en bande dessinée des notes scientifiques extrêmement complexes ». Toujours est-il qu'après Objectif lune et On a marché sur la Lune, les premiers pas d'Armstrong sur le sol lunaire, ou les images d'astronautes flottant en apesanteur dans leur vaisseau spatial ont produit une impression de « déjà vu » sur un bon nombre de téléspectateurs. C'est dire le pouvoir de la fiction par rapport à la réalité.
Les exigences d'un projet d'une telle envergure, les préparatifs, le rôle de chacun des scientifiques, le vol d'essai de la fusée X-FLR 6 détournée par une puissance ennemie, rien n'a été laissé au hasard par Hergé. Comme la propulsion de la fusée, le fonctionnement d'un réacteur nucléaire et la production de plutonium qui font l'objet d'un exposé détaillé du professeur Wolff, lors d'une visite guidée. Roland Lehoucq et Robert Mochkovitch nous offrent même une analyse psychologique de Tournesol – le professeur est-il vraiment un « zouave » ? -, dont la personnalité oscille entre humilité et orgueil !

Lever de TerreCette photo de lever de Terre vue de la Lune, a été prise, pour la première fois au monde, par l'équipage d'Apollo 8 en décembre 1968.
© NASA
Le voyage lunaire est l'occasion de vérifier que la stratégie de Tournesol est fort différente de celle de la NASA : la fusée va droit au but, en trois heures et demi, contre trois jours pour Appolo, sans problème d'apesanteur ni de détachement d'étages. Les astrophysiciens ont pu reconstituer le déroulement de ce vol historique, minute par minute, et constater que toutes les indications de position, de vitesse et de durée correspondaient à un plan de vol réaliste, méticuleusement calculé. De même, ils ont pu vérifier l'existence de l'astéroïde Adonis, ou estimer la vitesse du capitaine Haddock qui, en plein délire éthylique, s'est mis en orbite de l'astéroïde lors d'une sortie intempestive dans l'espace. Quant au séjour sur la lune et aux premiers pas de Tintin et de ses amis, ils donnent l'occasion d'en vérifier la pesanteur, six fois inférieure à celle de la Terre, de découvrir de la glace dans le sous-sol lunaire, ou de constater qu'en l'absence d'atmosphère, les étoiles ne scintillent pas et les météorites tombent sans bruit ni explosion.
Le réalisme des aventures de Tintin qui atteint son apogée sur la Lune est si convaincant que le plaisir de relire ses aventures, même armé de la rigueur scientifique reste intact.

Restez connecté

Suivez-nous : Page Facebook Page Twitter

Lettre d'information :

Vidéo

Cette vidéo nécessite le plug-in gratuit Flash 8.
Il semble que vous ne l'avez pas.
Cliquer ici pour le télécharger

Interview de Xavier Raepsaet - La propulsion nucléaire spatiale

Portraits d'experts

  • Romina Aron Badin, les primates au coeur
  • Jacques-Marie Bardintzeff, une vie consacrée aux volcans
  • Catherine Charlot-Valdieu :  Home sweet home
  • Didier Labille, l’astronomie en amateur professionnel